Rechercher dans ce blog

lundi 6 janvier 2014



 DISCO SUCKS ...    DISCO DEMOLITION ...    DISCO IS DEAD   ... BUT  ONLY FOR SLOBS !
   Avant la grande débâcle , le disco vit en 1979  , sa dernière année de folie collective : sentant  le retour de manivelle arriver très vite , les producteurs noient littéralement le marché du disque dans une  course folle contre la montre pour décrocher le jackpot.  Une pléthore de tubes internationaux sortent ainsi de l'esprit disjoncté des compositeurs disco  ,  à l'image du " WALKING ON MUSIC " du PETER JACQUES  BAND :   http://muzofon.com/search/peter%20band%20walking%20on%20music  Un hymne  frénétique , dans lequel le disco ne parle que de lui -même : extase , amour , partage , musique , danse , hédonisme ...  
               Mais en  regardant de plus près le visuel ,  cette pochette offre une vision lucide du futur lynchage médiatique dont va être victime le disco , l'année suivante ...
D 'autres morceaux eux , sont tout à fait lucides  :  Liz Hewson s 'interroge : " What Shall We Do When The Disco 's Over ? What shall we do when the music's gone ? "  Ce chant du signe du  RICHARD HEWSON ORCHERSTRA  prévoit  en quelque sorte la fin d'une parenthèse enchantée dans la musique :   http://muzofon.com/search/richard%20hewson%20what%20shall  ( Le couple Hewson ignore alors qu 'ils remporteront leur plus grand hit  en 1985, en appliquant les recettes du disco au titre "  Clouds Across The Moon " , ultime bijou du genre ... ) .                                                       STARGARD "  WEAR IT OUT " :                     http://muzofon.com/search/Stargard%20WEAR%20IT%20OUT  
                                                           LA FIN D ' UNE EPOQUE :      Après avoir dansé comme le reste du monde sur Donna Summer , les Bee Gees , Sylvester ou les Village People, une grande partie du public américain   ( surtout les fans de rock ) commence à voir d'un très mauvais oeil , l'ascension irrésistible des machos gay et des divas noires aux tenues extravagantes . Un vent de conservatisme commence à souffler sur les Etats -Unis qui réfutent désormais cet esprit de libération . En pleine période de récession , l'Amérique profonde juge très sévèrement les protagonistes du disco qui donnent l'impression de mener la grande vie entre strass , champagne et limousines .                                         Une vision assez injuste car si cette musique a été récupérée par les nantis du Studio 54 pour distraire les gens riches et célèbres , elle a d'abord été inventée pour amuser les pauvres et les minorités qui n' avaient que la fête et la danse pour échapper à leur quotidien .                                                     VILLAGE PEOPLE  " CAN'T STOP THE MUSIC " single & extended mix :                 http://muzofon.com/search/village%20people%20stop%20the%20music                                                                         
   Une voix particulièrement hargneuse s'élève dès 1978 . Celle du deejay radio , gras du menton , Steve Dahl  qui se pose en sauveur patriote de la " vraie musique " , tout en profitant pour vendre sa propre soupe . Il enregistre lui -même une parodie du titre de Rod Stewart : " Do You Think I' m Disco ", censée dénoncer la futilité du mouvement : http://muzofon.com/search/steve%20dahl%20disco                                                                                            


Comme Dahl , beaucoup se mettent à crier au loup contre la pseudo -naïveté abrutissante du disco qui ne viserait qu'à une joie de vivre , béate et transpirante .  Or le partage est indéniablement induit dans la fête et la danse ...   Et force est d'admettre aujourd'hui  que le disco reste un exemple rare de liberté , de tolérance sociale , raciale et sexuelle qu ' il serait bien  impossible de reproduire de nos jours.  
  LE TOUT ET N'IMPORTE QUOI " DISCO"  :  A la moitié de l'année 1979 , tous les éléments sont en place pour détruire le disco . L'industrie musicale est totalement saturée par ce type de productions . Les labels indépendants noient littéralement le marché afin de courtiser les grandes compagnies en quête de nouveautés .  Par ailleurs , Aux côtés de superbes titres efficaces ou novateurs , on trouve des produits d 'une totale indigence artistique : Amusants avec le recul , mais contribuant à jeter un voile de ridicule sur cette musique.                  SESAME STREET DISCO :     " C Is For Cookie "  - Larry Levan Disco Mix  :    http://muzofon.com/search/sesame%20disco%20larry%20levan     Tous les artistes veulent avoir leur titre disco , de Frank Sinatra à Annie Cordy , pour un massacre musical en règle :    http://planete-disco.blogspot.fr/2012/10/special-french-kitsch-epouvantable.html     

Malgré ces productions faciles , conçues à la va-vite et l' " over -discoïsation " du marché musical , l'année 79 est un excellent cru pour le disco , particulièrement inventif à cette période . Le Philly Sound reste bien représenté avec les titres de FRANTIQUE par exempe  :
  FRANTIQUE " STRUT YOUR FUNKY STUFF " ( 1979 ) _ single mix - 3mn38 & extended mix - 5mn44  :      http://muzofon.com/search/frantique%20strut   & " GETTING SERIOUS " 12" mix :   http://muzofon.com/search/frantique%20getting%20serious  ...   Un superbe titre qui mérite une redécouverte  , largement supérieur à "Strut Your Funky Stuff  pourtant plus diffusé et plus connu .                                                                                              

   On trouve aussi d'excellentes reprises comme celle , frénénique du " MOVE ON UP " de Curtis Mayfield par DESTINATION   :     http://muzofon.com/search/destination%20move%20on%20up%20radio    ( single version : 3mn55 )  &    http://muzofon.com/search/destination%20move%20on%20up%20suite   ( 12" mix extended : 8mn32 )
L 'électronique n'est pas délaissée pour autant avec les productions de Moroder (  http://muzofon.com/search/giorgio%20MORODER%20I%20wanna%20rock%20you%201979 )  , de spAce  , le combo formé par Marouani  & Romanelli (http://muzofon.com/search/Space%20just%20blue%201979 ) et bien d'autres encore , comme le projet de studio Azoto conçu par Celso Valli , préfigurant en quelque sorte l 'italo -disco des 80's . Sur ce troisième et dernier opus on retrouve l'excellent " ANYTIME OR PLACE  " : http://muzofon.com/search/azoto%20anytime%20place (vocal ) & (instrumental ) : http://www.4shared.com/mp3/F-iq03j8ce/07__A_Or_P_Instrumental-.html                                                    1979  c'est aussi l'année de hits grandioses devenus des standards : " Knock On Wood "  d'Amii Stewart ( http://muzofon.com/search/amii%20stewart%20knock%20on%20wood ) , " Ring My Bell " d' Anita Ward  (  http://muzofon.com/search/Anita%20ward%20ring%20my%20bell )  , le classieux et jazzy " Street Life " de Randy Crawford  (  http://muzofon.com/search/randy%20crawford%20street%20life ) ou encore l'indémodable  " Good Times " de Chic , le titre dico-funk de référence  , pompé aussi bien par les rappeurs   ( Sugarhill Gang  ) , les rockeurs ( Queen ) et les autres groupes de  funk ( Indeep ) :   http://muzofon.com/search/CHIC%20Good%20times ( All Versions  ) ,                                                          http://muzofon.com/search/CHIC%20Good%20times%20instrumental ( Instrumental ) ,     http://muzofon.com/search/chic%20good%20times%20acapella  (Acapella  ).                                Sans oublier l'inénarrable histoire de  " Born to be Alive " de Patrick Hernandez :  http://muzofon.com/search/Patrick%20Hernandez%20Born%20to%20be%20alive    et ses nombreux remixes :  http://muzofon.com/search/rick%20summer%20born%20to%20be%20alive                      On peut citer aussi le trio First Choice qui avec " Love Thang " signe son dernier grand hit :  http://tempfile.ru/file/1932868 (single version ) ,  http://muzofon.com/search/first%20choice%20love%20thang (12" version & remixes )        http://www.4shared.com/mp3/Nx1FN6Cuce/17_First_Choice_-_Love_Thang__.html ( un acapella qui souligne les capacités vocales incroyables de Rochelle Fleming ... ) & http://www.4shared.com/mp3/mA9y9l7Pce/18_First_Choice_-_Love_Thang__.html (... et celle de ses comparses Annette Guest & Debbie Martin .   )
FIN DE REGNE  POUR LA REINE DU DISCO  
   
                                         Donna & Giorgio : une complicité de tous les instants                              
Signe des temps , en cette dernière année de gloire , même Donna Summer  recentre en quelque mois son registre vers une " pop -disco" sans violons , avec le double LP   " BAD GIRLS " .  On peut qualifier  sans se tromper , ce dernier comme étant LE dernier grand Donna ...  Le fait même que la chanteuse apparaisse désormais  plus californienne que munichoise est déjà en soi , un mauvais présage pour le disco ... Après cet opus , il ne sera plus question pour la star d 'évoquer le thème du sexe , de l' orgasme  ou  des prostituées . Par ailleurs , la production de Moroder possède de plus en plus de guitares dans les arrangements (sacrilège pour les puristes ) : on comprends alors que l'on est en train de  perdre , inéluctablement le producteur le plus original et emblématique du genre .  Malgré ces changements , Bad Girls est un album encore très disco avec de superbes titres qui s'enchaînent  comme un ultime feu d'artifices . Quant au single éponyme  , il devient un classique instantané de cette fin des 70's :    http://muzofon.com/search/donna%20summer%20bad%20girls%20 (7 " mix ) &   http://muzofon.com/search/donna%20summer%20bad%20girls%20summer2k%20s%20re%20edit   (12" special re -edit ).  " Bad girls " est également redécouvert en 2003 , par le biais d'une très belle  édition cd  " De Luxe " où l'on découvre le titre dans sa forme originale  , avec des arrangements qui n'ont pas grand chose à voir avec la version définitive :  http://muzofon.com/search/donna%20summer%20bad%20girls%20demo  ( demo version ) .  

(ci -contre : Donna au Studio 54 )
                TOOT TOOT ,  HEY  ,  BEEP BEEP  ...  LA DANSE AU BORD DE L'ABIME :     1979  est l' ultime année d'une merveilleuse  utopie , où l'on pense que tous  unis dans la danse , on n' est plus représenté par son identité sociale ou sexuelle  .  Dans cette ère d' identités  troublées, le disco est bien la révolte musicale festive des minorités . Pour la communauté homosexuelle , c'est aussi ce qu'on appelle  déjà " la danse au bord du gouffre  " . Ce gouffre désigne le drame humain que l'on pressent alors , sans pouvoir l'identifier : un mortel acronyme de quatre lettres , qui va plonger le monde dans le chaos et mettre un terme définitif à l'insouciance des 70's.                                                          

         CHASSE AUX SORCIERES  &  AUTODAFE :  Tandis que les sinistres années SIDA approchent à grand pas , la décennie glorieuse du disco s'achève bien tristement . A travers les U.S.A , c'est la réaction : les radios lancent les campagnes  " Disco Sucks " , largement relayées par les chaines de télévision américaines et  la presse . Les médias prompts à influencer les masses , claironnent la mort du disco et les fans de rock jubilent ...  Certains vont même jusqu'à arborer  des T- Shirt   " Tirez sur les Bee Gees   "   . Réaction extrême quand on pense  que , deux ans auparavant , les frères Gibb étaient mis sur  un piédestal , leur  musique dans  "Saturday Night Fever " faisant unanimement danser la planète ...                                                                                                                                    BEE GEE 'S  " YOU SHOULD BE DANCING "  ( ALTERNATE MIX )  :   http://muzofon.com/search/bee%20gees%20NEW%20MIX%20you%20should%20be%20dancing%20HD      Une sombre époque pour les Bee Gee's , qui sortent cette année -là leur ultime hit disco  " TRAGEDY "( http://muzofon.com/search/bee%20gees%20Tragedy - single version ) (  http://www.4shared.com/mp3/Fg8K7WR5ce/Bee_Gees_Tragedy___extended_fe.html  -12" extended mix) & ( http://www.4shared.com/music/FchLCY7rce/09_Tragedy__Studio_Acapella_.html - studio acapella - Cette version acapella nous montrent ici les extraordinaires capacités vocales de Barry Gibb, dont la célèbre voix de fausset fait encore ici merveille )  .   Leur musique disco étant désormais vouée  au purgatoire , La fratrie Gibb a ensuite l' idée de génie  de se  reconvertir en producteurs à succès pour Dionne Warwick , Barbra Streisand ou encore Diana Ross.


          Le pouvoir de persuasion des médias est énorme et beaucoup croit opportun de jeter leur double album de " La Fièvre Du Samedi Soir " et tout le merchandising qui va avec ( maxi -singles , T- Shirt Travolta etc... ) sans se douter que ce sont déjà des collectors . Pour beaucoup de protagonistes du disco , le début de l'année 80 sera amère : Gloria Gaynor se sent " immensément triste " mais déclare vouloir aller de l'avant ( son tube " I Will Survive " de 78 en témoigne : http://muzofon.com/search/gloria%20gaynor%20I%20will%20survive%20a%20tom%20moulton%20mix  A  TOM MOULTON MIX  - une superbe version longue de 10mn32 qui permet la redécouverte d'un standard certes , mais sûrement beaucoup trop entendu dans sa version classique )
    Nile Rodgers , le leader de Chic , lui n'en revient pas que " les gens qui avaient adoré danser sur cette musique se mettent soudain à la détester ..."     Plus philosophe et n'ayant plus grand chose à faire du disco ,    Amanda Lear déclarera à ce sujet : " les gens ont toujours aimé brûler ce qu'ils ont adoré ... "   Une  vérité qui va aussi hélas , se vérifier au sens propre . La campagne de dénigrement du disco trouve son apogée le 12 juillet 1979 :  Steve Dahl le deejay radio  dont la réputation de barjot n'est plus à faire , organise un immense autodafé lors d'un match de base - ball . Chaque spectateur est invité à amener ses disques de disco pour les jeter dans un brasier géant . Au final , le stade est dévasté et l 'événement tourne à l'émeute .  Face à un public ingérable , la police est dépassée , le match doit s'interrompre ...                                                                                                                                                ( ci- dessous : le fils spirituel de Jabba le Hutt dans ses oeuvres...  )                                                                                                            
    Pari réussi pour le  D.J gras double : non seulement on parle de lui , mais  de plus le disco sous toutes ses formes devient LE genre à abattre : une musique responsable des pires turpitudes humaines . Tout ceci sent la chasse aux sorcières à plein nez :  La télévision américaine n 'hésitant pas à montrer un cow boy en chemise à carreaux qui demande à une innocente fillette de casser en deux un 45 tours disco ... Tout un symbole ! Des images qui  nous disent " Sauvons nos enfants  , sauvons l'avenir ..." Le disco  est bel et bien devenu cette année -là , "Sodome et Gomorrhe sous forme de galette vinyle"  . Aucune musique au monde n'aura suscité une haine aussi farouche !   Plutôt pas mal pour une simple mode jugée futile et insipide par certains ...  Jeté  dans le purgatoire de la ringardise aux états -unis , le disco ne meurt pas pour autant . Malgré le déclin des grands Labels comme Casablanca en 1980 , sur ce dernier parait le méga -hit   " FUNKY TOWN " de Lipps Inc  qui deviendra un tube planétaire , encore multi - rabâché dans les médias aujourd'hui  ... ( au moins dix spots de pub et une vingtaine de films , dont Schrek 2)          Funky Town  (BOBBY VITERITTI & PATRICK COWLEY REMIX ) :   http://muzofon.com/search/bobby%20viteritti%20funkytown    & instrumental mix :   http://muzofon.com/search/lipps%20Funky%20Town%20instrumental%20mix   & All Versions :   http://muzofon.com/search/Lipps%20Inc%20Funky%20Town              
  " FUNKY TOWN " est né de la rencontre à Minneapolis  du musicien Steve Greenberg et d 'une secrétaire de la police municipale Cynthia Johnson qui assurera les vocaux sur les  quatre LP  du groupe Lips Inc .    On notera au passage la bonne face B du single : "All Night Dancing " moins électronique , mais encore plus disco : http://tempfile.ru/file/2093084 (single version ) & http://muzofon.com/search/Lipps%20Inc%20all%20night%20dancing (  LP version ).
       " Funky Town "  fait aussi figure de lien entre le disco des 70's ( violons , synthétiseurs , vocoders ...) et le funk qui ressort  grand vainqueur de  l'année 1980 à l'image du  " CONTROVERSY " futuriste de Prince. http://muzofon.com/search/prince%20Controversy   Le chanteur également originaire de Mineapolis , ne tardera pas par la suite à devenir l'une des méga -star de la décennie  80's.
     Les hits de 1980 seront presque tous funk avec des titres comme le délirant " Double Dutch Bus " de Frankie Smith :  http://muzofon.com/search/frankie%20double%20dutch%20bus   ,                                                   " Can't Fake the Feeling " de Geraldine Hunt  :  http://muzofon.com/search/Geraldine%20Hunt%20Cant%20Fake%20the%20Feeling    ,                                                 le magnifique  " Give me the Night " de George Benson  : http://muzofon.com/search/george%20benson%20give%20me%20the%20night     ,                                                   le  désormais standard  " Just Two of us " de Grover Washington Jr & Bill Whiters :  http://muzofon.com/search/grover%20washington%20just%20two%20of%20us ,                                                               " Don 't Push it " de Leon Haywood :    http://muzofon.com/search/Leon%20Haywood%20dont%20push%20it  ,                                                ou encore le funky mais bien plat " More Bounce to the Ounce " de Zapp :  http://muzofon.com/search/zapp%20ounce%20bounce%201980                                                                     Un son plus carré , mais  il faut bien le dire aussi, parfois plus ennuyeux ... Le disco ne connaissait ni mesure  , ni  limites et quand " la musique pour danser " se prend au sérieux , l'envie de bailler se fait vite sentir ...  Les strass du disco ne sont cependant pas très loin pour le groupe IMAGINATION à l'image de " IN & OUT OF LOVE " :  http://muzofon.com/search/imagination%20in%20out%20love   , extrait de leur premier album . Ce superbe titre est accompagné d'un clip kitschissime  , encore teinté des paillettes des 70's et qui plus de 30 ans  après , fait tout simplement ... mourir de rire  :   https://www.youtube.com/watch?v=9dwxYSsS8Js   ( On  remarquera aussi le scénario très crédible , en particulier pour le chanteur Leee John  ..! )                                              
      Leur LP  " Body Talk "   ( http://muzofon.com/search/Imagination%20Body%20Talk )  sort incontestablement du lot  de part ses qualités mélodiques qui font clairement défaut au funk  , mais aussi par sa lenteur inhabituelle qui donne l'impression aux premiers acheteurs de passer le disque à la mauvaise vitesse .  L'année suivante le groupe triomphe avec les perles disco-funk " Illusion " & " Music and lights " :   http://muzofon.com/search/IMAGINATION%20ILLUSION  http://muzofon.com/search/IMAGINATION%20music%20and%20lights .   Une parfaite synthèse des années disco , à savoir une merveilleuse illusion enrobée de musique et de lumières...
                                                                                                                                                                       DISCO IS NOT DEAD :   En 1980 , la disco radicale n'a pas dit  son dernier mot .  " JUMP TO THE BEAT " de la  plutôt funky Stacy Lattisaw est un hit international . Cette énième exhortation à la danse  ( dans la lignée des " Let's All Chant " et autres "  Everybody Get up and Boogie '" ) assure un beau succès à la jeune chanteuse qui un an auparavant était passée à côté du tube " Ring my Bell " : Après son refus  de chanter ce titre , c'est Anita Ward qui en fera un hit , aujourd'hui encore rabâché jusqu'à l'overdose ...

                        STACY LATTISAW  " JUMP TO THE BEAT " - 12 " & 7" & EDIT VERSION (1980 ) :   http://muzofon.com/search/Stacy%20Lattisaw%20Jump%20To%20The%20Beat                                                                                                                                                                                                                           Difficile aussi de passer à côté du hit des  Brothers Johnson "STOMP! "  (1980) : http://muzofon.com/search/Brothers%20Johnson%20stomp  , autre superbe transition entre le disco et le  funk.                                                                                                                                                                  1980 sera aussi marquée par deux des plus belles productions de la classieuse CHIC organization à l'image du LP " King of the World " conçu pour Sheila & B. Devotion  :     http://planete-disco.blogspot.fr/2012/11/space-disco-partie-8-sheila-b.html                                                     
  Sheila  n'est pas peu fière d'être  la seule artiste européenne produite par le duo Rodgers / Edwards . Malgré de gros doutes au départ  , la chanteuse mènera son projet à terme et  "Spacer " le premier extrait de cet album sera un tube international . Il n'en sera hélas pas de même  pour le reste du LP  , pourtant très réussi , qui passe presque inaperçu ...
       
     Après les nombreux succès de leur groupe CHIC et la réussite des titres des Sisters Sledge qu'ils ont également produit ,  Bernard Edwards et Nile Rodgers  ont acquis un statut de producteurs super -stars que tous le monde s'arrache ...      Un talent qui n'échappe pas à la diva de la Motown , DIANA ROSS .                                                                        
    Durant l'explosion disco de 1977 -78 , Miss Ross  n'a pas particulièrement brillé par ses tubes de discothèque . L'album disco funk " DIANA " va   repropulser la chanteuse au sommet de son art , avec trois hits incontournables : le légendaire  " UPSIDE DOWN " et les superbes " MY OLD PIANO " & " I 'M COMING OUT" .   L'irrésistible et tardif  " Upside Down " rafle tout sur son passage :  tube nerveux , au double sens sexuel évident , il atteint en un temps record la première place des charts  aux Etats - Unis  en 1980 ...  Un beau pied de nez  au mouvement  " Disco Sucks " ! Le tandem Edwards/ Rodgers compose ici des chansons sur mesure pour Diana qu'il vénère comme une déesse ( Le comportement de la star les choquera d'autant plus , par la suite ...).  " Upside Down " est inspiré par la volonté de miss Ross de mettre le monde " sens dessus-dessous ", tandis que " I' m Coming Out " est un hymne à l'affirmation : un message personnel à son ancien mentor Berry Gordy ( le big boss de la Motown ) dont elle a décidé de se séparer . " I 'm Coming Out  " sera bien sûr , prévisiblement repris par la communauté homosexuelle ( dont Diana est une icône ). Niles Rodgers avait tout prévu avec cette chanson : En entrant dans un bar de Drague Queens , rempli de clones de la chanteuse , il avait pu se faire une idée de son immense popularité au sein du public gay.                                      En ce qui concerne le visuel de cet album , photographiée par le célèbre Francesco Scavullo  , Diana y apparaît  plus sexy que jamais , mais aussi fraîchement siliconée (... juste ce qu'il faut ) dans un  T- Shirt mouillé qui fait son effet .
                 Single version - ( 3 mn 39 ) : http://muzofon.com/search/DIANA%20UPSIDE%20DOWN%207%20version  Il y  a  une grande différence avec l'album de notre Sheila nationale qui pose sa voix sur une bande pré -enregistrée avec backing vocals  et n'a pas d'autres choix que de suivre les instructions de CHIC à la lettre  (  même son producteur Claude Carrère insistant pour que la voix de sa chanteuse passe par sa boite à écho habituelle , est mis à la porte du studio par Nile Rodgers... ).                                                              Diana Ross , elle , reste le boss : Mécontente du résultat et à la stupéfaction du duo Rodgers / Edwards , elle fait entièrement remixer l'album sans les avertir , par son ingénieur de la Motown  . Elle  réenregistre sa voix pas assez présente à son goût et fait supprimer certains passages instrumentaux qu'elles trouvent trop long . Pour résumer  ce n'est pas pour rien si ce LP s'intitule " Diana " : La chanteuse ne voulait clairement  pas d'un album de CHIC avec Diana Ross en guest star .... on peut le constater ici avec le mix original de CHIC - (4mn 17 ) :   http://muzofon.com/search/DIANA%20UPSIDE%20DOWN%20chic%20unreleased%20mix                                                          On pourra toutefois remarquer que la longue partie instrumentale  sur le final du titre (absente sur l'album ) a été conservée sur certaines versions  maxi  12" mix  ( 5mn 01 ) .
MAXI SINGLE VERSION :   http://www.4shared.com/mp3/ifFNdnBlba/Dian_R_-_U_P_12_EXTENDED.html   &    INSTRUMENTAL VERSION  :    http://www.4shared.com/mp3/9ywx63iQba/Diana_Ross_-_Upside_Down__Inst.html             

                                                                  UNDEAD DISCO :                                                                           De nombreux ouvrages parlent de la fin du disco en 1980 , mais force est de constater qu'il reste bien présent dans les discothèques et les charts internationaux ... Certes , l'esprit de fête , de liberté sexuelle  et d'insouciance  de la fin des 70's  a disparu avec l'apparition du Sida . Avec la saturation du marché en 79 , beaucoup de labels disco ont également mis la clef  sous la porte ( avec il faut bien le dire aussi , beaucoup d'argent jeté par les fenêtres ...) . Pourtant cette année 80 révèle de vrais trésors doublés de réussites commerciales internationales comme celle de la brésilienne Rita Lee  avec son  " LANCA PERFUME " :       http://planete-disco.blogspot.fr/search/label/RITA%20LEE%20LANCA%20PERFUME%201980       ( LP version - single 7 " - maxi promo discomix -  intrumental )                                                          
      Mais pour certaines stars du disco des 70's , la suite des événements est souvent plus compliquée  .   Precious Wilson  est un exemple significatif  :    Auréolée de succès dans le groupe Eruption , la chanteuse a beaucoup de mal à imposer ses titres en 1980  lorsqu'elle quitte ses anciens compagnons .                                                                                                                                                      PRECIOUS WILSON ( ex Eruption )  " HOLD ON I ' M COMING "  12 " LONG VERSION  ( 5mn51 )    http://www.4shared.com/mp3/yA8AXPwwce/erupion_Precious_Wilson_-_Hold.html?                                                                                                  
SINGLE VERSION   (4MN13 ) & LP  VERSION (3mn 35 ) :   http://muzofon.com/search/precious%20wilson%20hold%20on  Etrange carrière que celle de cette reprise disco du classique de Sam & Dave  qui se retrouve d'abord bizarrement  sur l'album de Boney M  " Ocean of Fantasy " . Certes , Precious et  Boney M ont en commun le même producteur Frank Farian , mais celle -ci n'est pas censée faire partie du groupe ...  Puis le titre fait office , en 1980 de premier single  pour le démarrage de la carrière solo de la chanteuse . Mais malgré toute l'efficacité de la disco allemande ( dans la lignée de " I can't stand the rain " ) " Hold On ... " fera un piètre score : tout juste une percée dans les charts  néerlandais avant de retomber dans l'oubli... Pourtant , P.Wilson avait mis le paquet pour ses prestations télé : habillée en charmeuse de serpent disco ( avec reptile à paillettes inclus dans le costume... ) elle s' y démène comme une vraie diablesse ...!    




                                                                                                                                                                                               MARCIA BARRETT ( ex Boney M ) " I' M LONELY "&  " YOU " (1980) ;
                                                             http://muzofon.com/search/marcia%20barrett%20you                                                                                                    
                                                                                 

http://muzofon.com/search/marcia%20barrett%20lonely   Du coté de l'autre production phare de Frank Farian , Boney M , c'est aussi la fin d'une époque  et certains membres de la formation ( du moins ceux qui savent vraiment chanter ) comme Marcia Barrett , tentent une carrière solo qui ne fera pas long feu...  Face au flop de son single , elle se sent  " so lonely " qu'elle préfère finalement retourner au sein de son groupe initial, pour affronter les années 80 .                                             Au final  , si les anciens artistes disco des 70's ont du mal à se renouveler  , pour les producteurs qui eux multiplient les projets  , la suite semble plus facile.     TANTRA est un des nombreux projets de studio du talentueux Celso Valli   ( voir Azoto plus haut , en 1979 ) .  A la fois génial producteur et requin de studio  , il avait réussi un coup de maître  avec  le titre "  Hills of Katmandu " , un titre planant de 16 mn qui avait triomphé dans les clubs disco underground , l'année précédente: http://muzofon.com/search/tantra%20hills%20of%20katmandu                                                                  TANTRA " MOTHER AFRICA "  ( 1980  ) :     http://www.4shared.com/mp3/GGgYzGCaba/02-mother_africa.html  (lien 1 )    http://muzofon.com/search/tantra%20mother%20africa (lien 2 )
    Après ce fameux trip au-dessus des sommets du Népal  cher aux hippies  , le LP  de 1980  est consacré à l'Afrique . La face A se décline en plusieurs morceaux  (dont le titre éponyme ) enchaînés les uns aux autres . On peut noter  ici de grandes similitudes avec  l 'autre projet  que produit par C. Valli  la même année  :  ' MACHO '    http://planete-disco.blogspot.fr/search/label/MACHO%20NOT%20TONIGHT%201980  (même vocaliste , mêmes arrangements... )                 
Comme on peut le voir , si l' Amérique se met à haïr le disco en 1980 , en Europe  les réactions sont plus partagées . Le disco est d'avantage associé à une mode qui va s'essouffler lentement mais sûrement  :  Ici , point de trouble à l'ordre public à cause d'un genre musical , ni de comportement haineux à l'égard des maxi -singles " discomix " et pour l 'heure , le " latino - disco " a encore  quelques belles productions devant lui   , comme  le projet italo - hispanique  CAPPUCCINO .                               
     CAPPUCCINO " SAN FRANCISCO " (1980) :  http://muzofon.com/search/cappuccino%20san%20francisco
Moins  connu et reconnu , le surprenant titre  " Hell Dance With Me " ,     sortira également en single. Un   morceau incroyablement novateur pour l'époque qui est redécouvert aujourd'hui et régulièrement remixé  . " HELL DANCE WITH ME " ( original version 6 mn  ) :  http://muzofon.com/search/cappuccino%20dance%20with%20me  Un coup de maître indéniable réalisé par le tandem Danilo Vaona / Gian Pietro Felisatti.                                                                Nous  en terminerons avec l'Italie par le superbe album  " GIPSYLON " de  NUMBER ONE ENSEMBLE .  Produit par Massimo Salerno ,  ce LP confirme le talent des italiens pour les belles mélodies et les arrangements efficaces . 
                                                           "LOVE EXPRESS"  (1980) :  http://muzofon.com/search/NUMBER%20ONE%20ENSEMBLE%20LOVE%20EXPRESS                                                                             " BACK TO HEAVEN "(1980) : http://muzofon.com/search/back%20to%20heaven%20number%20one%20ensemble

  Comme  on peut le voir , avec ces quelques exemples , si l'année 80 n'a pas été un millésime en matière de disco , tout ne s'est pas arrêté subitement pour autant ...                                                                    1980 se termine même en beauté avec le légendaire groupe Blondie  , issu de la scène punk -pop -rock new-yorkaise ,  mais paradoxalement plus connu du grand public pour ses tubes disco ... ( une fois de plus , cherchez l'erreur )  Cette épopée " punk & disco " a débuté avec le tube mythique " Heart of Glass " en 1978 :  http://planete-disco.blogspot.fr/2012/09/blondie-of-glass-1978-part1-mix-studio.html   La chanteuse du groupe  Debbie Harry  , clairvoyante et surtout moins sectaire que ses confrères rockeurs a conscience de l'impact artistique ( et bien entendu financier ) que  peut lui apporter le disco : Elle annonce d'ailleurs très rapidement dans ses interviews , sa volonté de travailler avec les grands gourous du genre .      1980 est l'année de sa première collaboration avec Giorgio Moroder , dont elle avait adoré le tube électronique et révolutionnaire  " I Feel Love " produit pour Donna Summer.     Cette nouvelle collaboration Blondie / Moroder donnera le célèbre hit international de 1980  " CALL ME "  :  http://planete-disco.blogspot.fr/2012/08/blondie-call-me-1980-12-inch-httpmuzofon.html
 Une réussite  qui les poussera à sortir un  "special discomix " conçu par Mike Chapman  d'un de leurs titres , resté dans l'ombre de l'album  " AutoAmerican " : Il s'agit du très disco " Live it up " dans la veine de " Heart of Glass " et présenté dans une version longue , en face B du single " Rapture ".                                                                                                              
          " LIVE IT UP "  - SPECIAL DISCO MIX - ( 8 mn 13 ) :   http://muzofon.com/search/blondie%20live%20it%20up%20special%20disco%20mix                                                                                                  DEBBIE & CHIC :    Après Moroder , Debbie Harry choisit pour sa carrière solo  de  collaborer avec le pape du disco -funk  , Nile Rodgers , leader du groupe Chic . Mais  contrairement aux titres produits produits pour les Sisters Sledge , Diana Ross ou Sheila  , le LP  " Koo Koo " ne possède pas vraiment de tubes et restera surtout dans les mémoires pour sa pochette de  science -fiction  aux allures   "d  ' acu -punk- ture " ou de lifting version hard  ...   Une imagerie forte que l'on doit au suisse  H. R Giger  , créateur de l' " Alien " pour le film de Ridley Scott.      
DEBORAH HARRY " SURRENDER "  (1980) :  http://muzofon.com/search/Deborah%20Harry%20surrender
                                           Nile Rodgers ( Chic ) & Debbie Harry (Blondie )                
En ce début de la décennie 80 , la chanteuse de Blondie est devenue une icône du New York , tel que le fantasment la plupart des gens :  "La ville qui ne dort jamais" où miss Harry évolue entre cocktails mondains , clubs punk et discothèque mythique , tel que le studio 54 ( dans lequel Andy Warhol organise régulièrement des soirées en son honneur ...) . 
                                                                                 
        Ce n'est pas un hasard si  D. Harry a choisi de se lancer dans le funk :  en 1981 , on parle d' "overdose funk " et les USA règnent en maître sur ce style . De Quincy Jones ( http://muzofon.com/search/quincy%20jones%20no%20corrida    ) en passant par Shalamar               ( http://muzofon.com/search/shalamar%20make%20that%20move ) , Gap Band                                   ( http://muzofon.com/search/gap%20band%20you%20dropped%20a%20bomb ) , SOS Band ( http://muzofon.com/search/SOS%20BAND%20Just%20Be%20Good%20To%20Me )  Kool & the Gang ( http://muzofon.com/search/Kool%20and%20the%20gang%20Celebration ) ,  le duo Cheri  (  http://muzofon.com/search/cheri%20murphy%20s%20law ) ou encore Indeep avec " Last Night a DJ Save my Life "  dont la ligne de basse est totalement pompée sur le" Good Times" de Chic  (   http://muzofon.com/search/indeep%20Last%20Night%20a%20DJ%20Saved%20my%20Life )      +    (http://muzofon.com/search/indeep%20Last%20Night%20a%20DJ%20Saved%20my%20Life%20acapella Acapella )  .   Les titres funky s'enchaînent et  se ressemblent beaucoup , un défaut qu'on a  beaucoup reproché au disco précédemment  ...                                                                                    En schématisant , on peut clairement opposer les Etats - Unis pro -funk , avec une Europe qui continue contre vent et marée , à produire du disco .   
 ENGLISH DISCO  :  KELLY MARY " FILL ME " ( with your love ) 1981 - single version (3mn54 ) :                                                                              http://www.4shared.com/mp3/XdhQXzcvce/10-feel_me_with_your_love.html  +  EXTENDED VERSION  ( 6mn13 )  :    http://www.4shared.com/mp3/R5UZK6YHce/K_M_FILL_ME_EXTENDED_12.html                           
                                                                                      L'Angleterre de 1981 prouve que , s'ils s'ignorent ou se méprisent les punks et les " disco queens " peuvent toutefois cohabiter , au moins dans les charts en tous cas...    Kelly Marie poursuit ainsi sa carrière en surfant sur le succès  de son hit de 79 " Feel like I'm in Love " . Mais c'est une autre écossaise qui va tirer son épingle du jeu durant cette année 1981  : Mary Sandeman  alias  ANEKA  va triompher un peu partout avec  " JAPANESE BOY  " : http://planete-disco.blogspot.fr/2013/02/tribute-to-japan-aneka-japanese-12.html et  arrivera même numéro 1 dans les charts anglais . Une réussite qui va malheureusement s'essouffler très vite : après un deuxième single  " LITTLE LADY " , un copié-collé du titre précédent , ANEKA tombera dans l'oubli et  Miss Sandeman  , sa créatrice retournera au folk traditionnel.                  ANEKA " LITTLE LADY " (1981) : http://muzofon.com/search/aneka%20lady
 CANADIAN DISCO : FREDDIE JAMES  "MUSIC TAKES ME HIGHER" (1981) : http://muzofon.com/search/freddie%20music%20higher
Le jeune Freddie james poursuit sa carrière  avec le producteur  canadien Tony green , qui s'est fait une réputation en  produisant des chanteurs adolescents comme France Joli. Le Canada est en effet une des grande plateforme du disco , par le biais du label UNIDISC  , fondé en 1977 par George Cucuzzella .  LIME  "YOUR LOVE " ( 1981 ) : http://muzofon.com/search/lime%20your%20love%201981


 Groupe phare de cette scène disco canadienne , le duo LIME  formé par le couple Denis & Denyse Lepage , s 'impose vite avec leur tube  " Your Love " . Ce premier LP  ( le seul dont la pochette met en avant  Denyse Lepage ) contient également le tube   " Your My Magician " où la voix suraiguë de Denyse fait des merveilles dans la grande tradition du disco ( on pense notamment  à Anita Ward )     YOU ' RE MY MAGICIAN  ( extended - radio edit  - instrumental ) :   http://muzofon.com/search/lime%20my%20magician     Après une demi-décennie de succès , le couple Lepage  se sépare et Denis continue un étonnant parcours musical , en devenant transgenre ( il se rebaptise ainsi  Nini Nobless ) avec parfois quelques clins d'oeil aux tubes de son ancien groupe.
                                             
 Du côté des Etats - Unis , tout n'est pas perdu   : si on se dirige vers San Francisco , on y trouve aussi déjà les prémices de cette disco synthétique ,  qu'on appellera deux ans plus tard  la " HI-NRJ " . Le duo Sylvester - Patrick Cowley  sort durant l'année 81 un titre électronique qui devient à la fois un hit des clubs et un hymne militant pour la communauté gay. MENERGY (all versions ) - 1981 -  http://muzofon.com/search/cowley%20menergy
Un titre enregistré à la base sans " lead vocal " , avec un vocoder et des chœurs féminins , mais qui trouvera vite son potentiel commercial lorsque Sylvester posera sa puissante voix gospel  sur ce son de science -fiction  :    http://muzofon.com/search/sylvester%20menergy   
    Capitale autoproclamée des gays américains , San Francisco est bien décidée à ne pas laisser mourir le disco et veut continuer à danser jusqu'au bout de la nuit  grâce à des DJ's concernés comme Bill Motley .  AIN'T NO MOUNTAIN HIGH ENOUGH SUITE  (version intégrale 15 MN 09 ) : http://www.4shared.com/mp3/UbWEi6AAce/01-rem_me_ain_enough_suite.html   &  single version  (3 mn31 ) :   http://muzofon.com/search/boys%20town%20gang%20remember%20me   Motley a l'idée de rendre hommage à Diana Ross , à la fois icône gay et modèle de réussite pour les femmes noires américaines. Il auditionne des centaines de chanteurs  pour monter le projet   ' Boys Town Gang '  et c'est Cynthia Manley , une chanteuse de cabaret locale  qui remporte le casting . Elle interprète ainsi un medley de deux classiques de Diana Ross , revu à la sauce disco , qui décolle immédiatement dans les charts en 1981 . Le titre bénéficiera même d'un remix  par Joe Lagreca & Denis Lepage ( LIME ) . La face B est quant à elle une description explicite du quartier gay de San Francisco  (" Cruisin' the streets " ). Le projet Boys Town Gang atteindra l'apogée de son succès l'année suivante en reprenant le hit de 67 de Frankie Valli  " Can't Take My Eyes Off You " .
Avec le décennie 80 , beaucoup d'ex-gloires  disco américaines se sont expatriées  en Europe et notamment en Italie qui fait office de patrie -refuge pour bon nombre d'anciennes divas du genre (Amii Stewart y vit toujours d'ailleurs ) . Viola Wills , connue pour son hit de 79 " Gonna Get Along Without You Now " , choisit de s'installer à Londres où elle rencontre un certain succès ,  avec ses nombreuses reprises disco dont certaines trouvent leur public . " If  You Could Read My Mind " / Somebody's Eyes " font incontestablement partie de cette réussite .                                                    "IF YOU COULD READ MY MIND" : http://muzofon.com/search/viola%20wills%20if%20you%20could%20read%20my%20mind                                                                                                                                                                               "SOMEBODY'S EYES "      :http://www.4shared.com/music/7EcWIYRGce/Viol_W_somb_s_eyes.html 
  " IF YOU LEAVE ME NOW " :   http://planete-disco.blogspot.fr/search/label/VIOLA%20WILLS%20%22%20IF%20YOU%20LEAVE%20ME%20NOW%20%22%201981   Moins connue du grand public , sa reprise pourtant très réussie du  groupe Chicago  " If  You Leave Me Now "  passe presque inaperçue ....    Si Viola n'avait pas l'aura d'une Donna Summer ou d'une Diana Ross , elle a su se forger un solide fan-club au sein de la communauté gay qui l'a définitivement adoptée et ne la lâchera jamais . Par la suite , sa carrière sera un embrouillamini de singles , de CDD , de déménagements , émaillés de quelques rares succès . Dans les années 90 , revenue à Los Angeles  où elle est née , elle chante du jazz dans les bars ... avant l'issue fatale en 2009 où elle est emportée par le cancer .
                                                                             
Du côté des productions françaises , en matière de disco c'est plutôt la déconfiture ... Alors que la France  avait acquis ses lettres de noblesse dès 1977 avec les productions  de Jacques Morali , de Cerrone , de Didier Marouani et bien d'autres encore ... Les années 80 sonnent le glas d'une disco classieuse pour des productions teintées de variété kitsch , certes festives et sympathiques , mais souvent limitées et répétitives à l'image de l'avatar d' Ottawan : PAM n' PAT  et de leur titres  " To Be Superman " : http://muzofon.com/search/pam%20pat%20superman  &  "It 's All Music " : http://muzofon.com/search/pam%20pat%20it%20s%20all%20the%20music   Leo Carrier ( Claudia Cardinale ) succède ainsi à Daniel Vanguarde ( Gibson Brothers ) à la production . Un seul constat s'impose pour cette même formule ,un peu trop répétée avec Ottawan : l'inspiration n'est guère au rendez -vous ...
Du côté des reines de la variété française , Sheila  en a définitivement fini avec le disco mais Dalida veut encore y croire : elle aime le disco et le démontre . DALIDA " AMERICANA " - 1981: http://muzofon.com/search/dalida%20americana%20original%20version   Un titre qui aurait été parfait  pour l'année 78  mais en 1981 , " l"Amérique qui fait rêver " n'est plus vraiment d'actualité ... D'autant qu 'à cette période les artistes populaires trop vus à la télévision dans les 70's  commencent à lasser une certaine frange du public français . Ce qui n'empêche pas Dalida de conserver intact son noyau dur de fans qui continueront  à la suivre jusqu'à la fin .
 
Question production disco " à la française " , on ne peut plus compter sur Cerrone , les groupes Space ou Voyage pour concocter des tubes avec ces voix Afro - Américaines qui ont résonné dans les clubs du monde entier à la fin des années 70.  Pour retrouver un peu de ce " Disco Spirit "  ,  il faut définitivement aller chercher ailleurs ...     HI - GLOSS  " YOU 'LL NEVER KNOW " -1981     http://muzofon.com/search/HI%20Gloss%20You%20ll%20never%20know%20extended%20mix &    instrumental : http://muzofon.com/search/HI%20Gloss%20You%20ll%20never%20know%20instrumental%201981 Hi -Gloss est un projet produit et arrangé par Juliano Salerni  ( Ultimate , Tangerue ). Le titre phare du LP  , "You 'll Never Know" porté par les qualités vocales de Bonita Taylor , renoue avec les grandes voix du disco  
           
                   Mais de prime abord ce n'est pas gagné pour tout le monde .  Certains producteurs américains  surfent sur leur gloire passée , en répétant la même formule : Sur le label Juana parait une suite ratée de " Ring my Bell " que Frederick Knight  avait produite pour Anita Ward , son ex- protégée . A l'arrivée c'est un flop total et une perche parfaitement tendue pour tous les détracteurs du disco...
FREDERICK KNIGHT "LET ME RING YOUR BELL AGAIN" - 1981 :  http://muzofon.com/search/frederick%20knight%20let%20me%20ring%20your%20bell%20again


                                                                             






En ce qui concerne le grand manitou du disco  , Giorgio Moroder , il  continue  de  produire des chanteuses à la photogénie imparable . Mais après les Afro -Américaines plantureuses des 70's   ,  il diversifie ses projets en choisissant de travailler avec des blondes évanescentes comme la très cocaïnée Debbie Harry ou encore le filiforme mannequin suèdois Madleen Kane  , reconvertie en  "Disco Queen " depuis la fin des années 70 .  MADLEEN KANE " PLAYING FOR TIME " (1981) 12 "extended : http://muzofon.com/search/madleen%20kane%20playing%20for%20time  & single  http://www.4shared.com/mp3/f-8Ugbljba/03-playing_for_time.html   .       L'autre Tube du  LP  " You Can " : http://muzofon.com/search/madleen%20kane%20you%20can annonce en quelque sorte le  méga -hit " what a feelin' " chanté par Irene Cara que produit Moroder  en 83 ( toutes proportions gardées bien sûr au  niveau des capacités vocales de chacune...) On pourra noter aussi  un retour au disco" pur et dur " façon Moroder avec le titre "THE LONELY ONE " exrait de l'album et figurant en face B de " Playing for Time " : http://www.4shared.com/mp3/HGuKFrtpba/02-th_lon_o.html  
Les tendances " Années 80 " ou comment  ressembler à un sapin de noël à l'aide de quelques accessoires  : Anecdotiquement  , on notera  l'épouvantable mode féminine de l'année 82 avec ses parures " perles et plumes fluo " qui donne , à la pourtant ravissante Madleen , l'allure d'une squaw passée à l'eau de javel               
                                              Kitsch made in 80 : plumes colorés & ponpoms                                              
(De son côté , Sheila abandonne le disco  , mais se met aussi aux plumes fluo ...)

 Comme bon nombre de chanteuses , la  belle suédoise ne sera pas la seule à succomber à  la mode qui fait mal aux yeux .  Dalida qui avait habitué son public à une certaine classe et des tenues de scène époustouflantes   , cède aussi  à la tendance " jeune " le temps d'une chanson. Le résultat de ce bandeau à pompon sur la diva , est évidemment sans appel ...        
                                                                                                       
  "I FEEL LOVE  " 1977 -1982 :   http://planete-disco.blogspot.fr/2013/05/hommage-donna-summer-feel-love-1977.html               Toujours du côté de Moroder , son grand classique de 1977 interprétée par Donna Summer , fait un retour en force cinq ans  après avoir triomphé dans les charts du monde entier . Le titre est remixé par Patrick Cowley  qui lui rajoutera quelques effets psychédéliques , pas franchement indispensables ( la version originale , indémodable , est un modèle de perfection à la fois pointue et minimaliste , qui se  suffit à elle même .)  Toutefois , les spécialistes du genre s'extasient encore aujourd'hui , sur cette   " re-création " de P . Cowley .   On  peut toutefois  regretter que le programmateur  San - Franciscain n'ai pas bénéficié des bandes originales de Moroder pour en faire un vrai  "extended -mix " digne de ce nom .
                                                                                                                                                                                                                               Patrick Cowley  " School Daze " :   http://muzofon.com/search/patrick%20cowley%20school%20daze     Certes l'artiste californien avait du talent , mais de là à s'émerveiller sur toute son oeuvre y compris sur ses compositions pour  porno gay de l'époque  ... Citation : " Ses musiques composées à l'aide de synthétiseurs et boîte à rythme vintage ont quelques chose de bouleversant : un versant sombre et addictif de la culture disco ! " ( Oui bon , pourquoi pas . Enfin ...bof quand même ! )    

Comme à la grande époque du disco 70's ,  " I Feel Love " revenu en odeur de sainteté en 82 , fait des émules : La fameuse ligne rythmique avec cet effet métallique que l'on doit au synthé Moog  se retrouve dans de nombreux morceaux .     POP CONCERTO ORCHESTRA "  LOVE ME , TOUCH ME "  :    http://www.4shared.com/mp3/1Vt5imbSba/Pop_concerto_Orchestra_-_Love_.html             
le groupe Pop Concerto Ochestra est  formé de Paul de Senneville et Olivier Toussaint qui signent toutes les compositions . Sur ce LP de 82 se trouve le slow langoureux "Eden is a Magic world " (  http://www.dailymotion.com/video/x28a9p7_pop-concerto-orchestra-eden-is-a-magic-world-1982_music ) qui  sera leur plus grand hit à jamais lié à la pub Telefunken  :   https://www.youtube.com/watch?v=HNK5GqRzjnw                                                                 
DIVINE LE TRAVESTI TRASH DES ANNEES  POST - DISCO  : 
Héroïne des films de John Waters et protagoniste déjantée du Studio 54  ,  Divine  ( né Harris Glenn Milstead ) ne sort pourtant son premier tube disco  qu'en 1982. 
 Avec Waters , Divine - Glenn Milstead est conscient que manger des crottes de chiens sur grand écran  est un énorme coup de pub trash  , mais ne lui apportera qu' une audience limitée...  
 Après un premier single orienté rock 'n roll  , il cible le public qu'il a le plus de chance de toucher : celui des clubs gay . ( Ci - dessous avec Grace Jones  au  54 )
  
DIVINE   " SHOOT YOUR SHOT " - All VERSIONS  (1982 ) :  http://muzofon.com/search/DIVINE%20Shoot%20Your%20Shot  
 Ce premier tube concocté par Bobby Orlando ( Spécialiste des chanteuses sans voix : Ronnie Griffith , The Flirts ) est clairement calqué sur la ligne musicale du " I Feel Love " de Moroder . Leur collaboration  sera pourtant de courte durée : Divine s'estimant lésée question royalties , un procès mettra fin à leur travail commun . L'opulente diva poursuivra sa carrière de  "chanteuse" sous la houlette de Barry Evangely  et des fameux faiseurs de tubes , les  britanniques Stock. Aitken.Waterman ( producteurs de Kylie Minogue , Rick Astley , Bananarama... ) qui appliquent inlassablement  la même  " formule magique pop " à chacun de leurs succès  : http://muzofon.com/search/divine%20you%20think%20you%20re%20a%20man   Parallèlement  à la musique , Divine sort l'année de sa mort son premier film " Grand Public " : La comédie  " Hair Spray " dirigée par John Waters . 
Un succès populaire qu'il tourne aux côtés de Debbie Harry . Un remake - comédie musicale façon Hollywood (  ratage total ) verra  même le jour en 2007... Pourtant tout n'est pas si rose pour l'exubérante ogresse hyperactive de 140 kilos , et parfois les larmes font couler son extravagant maquillage...   Limitée vocalement , Divine sent sa carrière musicale lui échapper . Côté cinéma , il n'y a guère que John Waters pour la faire tourner , les autres réalisateurs ne se bousculant pas pour lui proposer des rôles... Accro à la nourriture et aux substances illicites , Glenn - Divine a de sérieux problèmes de santé et une vie sentimentale chaotique  ... Toute son affection sera finalement reportée sur sa famille pour laquelle , il s'endette pour leur offrir de somptueux cadeaux . L 'ex-star de l'underground confie à des proches qu'il se sent suicidaire : faisant fi des conseils de son médecin de ne pas dormir sur le dos , il meurt d'un arrêt cardiaque durant son  sommeil le 7 mars 1988.                            
                                                                                                                                                                                                                                                          Hommage posthume : Un an après le décès de Divine , les studios Disney sortent leur adaptation du conte d'Andersen  "La Petite Sirène". Parmi les personnages principaux  ,  on trouve la sorcière obèse et aquatique Ursula . Ce sera  d'ailleurs l'une des dernières " méchantes" emblématiques produites par Disney dans la lignée des Cruella et autre Médusa . Comme souvent , les traits des personnages sont inspirés par des acteurs ou chanteuses charismatiques :
C'est ici la consécration ultime  : Divine , Personnage  de toutes les transgressions , dans l'outrance permanente  et  possédant un  CV plus choquant que celui de Marilyn Manson  , se retrouve dans un film pour enfants .  Evidemment , ce n'est pas un hasard si il incarne ici une sorcière représentant le mal absolu ...  Finalement  comme toutes les stars trop tôt disparues ,  Glenn Milstead s'est éteint au bon moment pour conserver sa légende intacte... 
EN 1982 , IL PLEUT DES HOMMES : THE WEATHER GIRLS STORY :
Restons dans les formes généreuses avec  Martha Wash & Isora Armstead  . Originaire de San Francisco , le duo est baptisé Two Tons O' Fun  - "deux tonnes de rigolade" - (  référence  à leur poids et leur bonne humeur ) par Sylvester qui les prend sous son aile comme choristes sur quatre albums ( elles font les choeurs sur le célèbre " You Make Me Feel " de 1978 ) . En 1979 , elles prennent leur indépendance et signent pour deux albums avec Harvey Fuqua , ancien ponte de la Motown . Deux LP sortent en 1980 , le premier laisse indifférent , mais le second est un vrai succès avec une kyrielle de tubes dont " I GOT A FEELING" (  LP version -5mn 17 & Patrick Cowley 12" mix -7mn09 ) :  http://muzofon.com/search/two%20tons%20of%20fun%20I%20got%20the%20feeling
Hélas , 1980 est aussi l'année où le disco est déclaré cliniquement mort aux Etats-Unis par des médias prompts à influencer les masses ( " Mais oui ma bonne dame :  Le disco , c'est fini : C'est écrit dans les journaux et on vous le répète à la télévision , donc c'est vrai , forcément !"). Nos deux sympathiques big mamas sont ainsi  larguées sans ménagement par leur producteur  et se retrouvent durant plus d'un an sans label...        
                    C'était sans compter sans le chanteur - compositeur - producteur Paul Jabara qui a écrit   " un hymne pour nymphomanes en mal de mâles en rut " . Un titre intitulé " It 's Raining Men " et qui dort dans ses tiroirs depuis 1979 ... Il le propose à l'époque à son amie Donna Summer , pour qui il a composé entre autre le tube " Last Dance " . Miss Summer avait même jusqu'ici accepté  par amitié d'enregistrer des duos insipides avec lui , sur chacun de ses trois albums , comme " Never Lose Your Sense of Humor " qui n'est pas resté dans les annales :  http://muzofon.com/search/paul%20jabara%20never%20lose%20your%20sense%20of%20humor
Mais la reine du disco veut à cette période, clairement en finir avec son image de déesse du sexe . Fini les " Love to Love you Baby " , Terminé la " Bad Girl " : il n'est plus question de la faire passer pour une femme facile . Son très ennuyeux album " The Wanderer " et des titres comme  " I Believe In Jesus " le prouvent : Cette enfant perdue de l'Amérique puritaine  a enfin retrouvé son chemin , le pays tout entier l'ovationne et lui décerne une nomination pour cette dernière chanson ... Elle refuse donc poliment l'offre de Jabara.  
- " Hum ... Comment dire , Paul ... Tu le sais , je t'adore , mais ... C'est non !"                   Fort déçu , L'ami Jabara  n'en démord pas : il tient un tube et il lui faut une interprète à la hauteur ... Puisque Donna n'en veut pas , pourquoi ne pas essayer avec sa somptueuse rivale Diana Ross?   Hélas , en 1980 , la diva caractérielle est plus que jamais d'une humeur massacrante : Tout d'abord , elle est très occupée à terroriser son personnel avec ses exigences de folle-dingue...  
                                  - " Ce n'est pas le bon rouge à lèvres , bande d'incapables !"                                                            
     Un ancien employé de madame Ross témoigne : " Nous n'avions pas le droit de la regarder dans les yeux lorsqu'on s'adressait à elle , ni de l'appeler autrement que '  miss Ross'  sous peine d'être renvoyés immédiatement ..." Il arrive aussi que l'impériale " Miss Ross " débarque à l'improviste dans l'un de ses somptueux palais , et que sans un mot , elle se mette à quatre pattes pour passer la serpillère  elle- même , en jetant des regards promettant mille morts à ses domestiques terrifiés et tremblotants... Avec l'imprévisible diva , l'orage n'est jamais loin ! Pour l'heure , elle est très contrariée :  après avoir enregistré l'album " DIANA " avec le groupe Chic , elle le fait écouter à son ami , le DJ new -yorkais Frankie Crocker , très en vogue en 1980 ( rappelons tout de même qu'il était à l'origine d'un autre mauvais coup  en piquant en 76 , le  " Love in C minor " de Cerrone , sans son autorisation : http://www.4shared.com/mp3/XFG15X7uce/david_crocker_-love_in_c_minor.html    )  Après la soirée , Diana sanglée dans son manteau de vison et tout en rage contenue , convoque le duo  Chic . Nile Rodgers raconte : " Elle avait changé du tout au tout."       Elle annonce :                                                                             - "  Frankie était très sérieux et très inquiet , c'est très mauvais ! Il dit que cette chanson  ( Upside Down ) va flinguer ma carrière "  , puis  elle reprend , furieuse : - " Pourquoi est -ce que vous voulez foutre en l'air ma carrière , hein ? "                                                                                                             Sûrs de leur talent et de la qualité du travail fourni sur les chansons ,  le duo Rodgers /Edward est sous le choc , littéralement assommé.  Les huiles de la Motown se charge ensuite de faire couper tout contact entre eux et Diana. La diva , elle, se consacre à faire remixer entièrement l'album qui sera au final, la plus grosse vente de toute sa carrière ...
 
 - " Mais pourquoi est -ce que tout le monde est contre moi ?  Je suis la meilleure , alors ils sont tous jaloux !!! Qu 'est -ce que j'ai fait pour mériter ça ?!!?  "                                                               Finalement , de son côté , Paul Jabara , avide de succès mais pas suicidaire , remet délicatement son " It 's raining men " dans sa poche , fait quelques pas en arrière , passe le portail de la résidence Ross , puis s'enfuit dans la rue, à toutes jambes sans se retourner ... ( Pas rancunier pour deux sous , il lui offrira plus tard le hit mineur " Work that Body " en pleine explosion de " disco fitness" :  http://muzofon.com/search/diana%20ross%20work%20that%20body   Vous le savez maintenant , on ne résiste pas aux exigences de miss Ross ...)
Quelque peu refroidi  mais toujours déterminé ,  il pense ensuite à Gloria Gaynor ( on commence alors à se rapprocher  du résultat final question volume - poids - taille ). Hélas , encore hélas , miss Gaynor tout comme Donna Summer est devenue une   " Born Again Christian " (  " Chrétien Régénéré" NDT . Non , pas de mauvais jeux de mots , s'il vous plaît !) . Pour Gloria ,  c'est OK pour le disco-mélo , mais pour le disco -nympho on peut l'oublier :   http://muzofon.com/search/gloria%20let%20me%20know      Le compositeur commence à douter...  Où va t'il trouver une chanteuse qui ne soit ni folle , ni bigote  ?                          
 
Bon sang , mais c'est bien sûr , il y a Barbra ! Elle lui doit bien ça : il lui a composé un titre disco pour son film " The Main Event " :     http://muzofon.com/search/barbra%20streisand%20main%20event%20fight  


 Si Barbra Streisand  porte encore la coupe Afro à l'époque ( Afro ou juste Affreuse ? ) , elle n'est guère enthousiaste à l'idée de chanter à nouveau  pour les discothèques . Paul Jabara avait pourtant réussi à la convaincre en 79 de faire le duo " Enough is Enough " avec Donna Summer : http://muzofon.com/search/donna%20summer%20enough%20is%20enough          Justement , Barbra lui rétorque : - " Mais , pourquoi tu ne demande pas plutôt à Donna... ? C'est son truc à elle , la musique de boîte de nuit !"  On l'aura compris pour la Funny Girl , le disco n'aura été qu' une toute petite parenthèse dans sa carrière , histoire de faire comme tout le monde ... Mais elle n'a aucune envie de rempiler sous la boule à facettes .                                                                                                                                                                                                                                                                          ( Ci -dessous : Un caniche royal disco ? Non ... Juste Barbra ! )                                                                                         
 ( Signe des temps , on remarquera  que la coupe afro -affreuse de Barbra s'effondre  à l'aube des 80's )
Malgré ces déconvenues, notre producteur garde le sourire ... Mais il ne peut s'empêcher de penser qu'il est loin le temps où lui et son amie Donna jouaient comme deux jeunes chiens fous lors des  cérémonies de remise de prix , durant les années fastes du disco . En 1981 , elle chante des titres à mourir d'ennui  et sa personnalité a suivi le même chemin : Elle envoie d'ailleurs une bible à Jabara et lui rappelle que sa chanson est un blasphème ... Plus rabat-joie , ce serait difficile ...
Jabara a quasiment fait le tour de toutes les célèbres divas qu'il connait de près ou de loin . Il tente sa dernière chance , sans trop d'illusions  avec Cher  dont le titre disco  " Take Me Home " avait bien fonctionné :  http://muzofon.com/search/cher%20take%20me%20home%20larry%20levan%20remix ( Larry Levan Mix )                         
      Mais comme on pouvait s 'y attendre , tout comme Barbra , Cher n'est pas du tout emballée ... pour elle aussi le disco  , c'est bien fini . D'ailleurs , son contrat avec le label Casablanca en plein déclin , s'est achevé  et l'ex de Sonny  n'a pas envie de continuer dans cette voie  : Madame veut faire du rock , et puis du cinéma , et puis se refaire le nez , et puis dans la foulée tout le reste avec ....                                                                                                                                                                                                      Cette fois ,  notre homme commence à désespérer ....                                                                                                            
Il se pourrait bien que  " It's Raining Men " soit bel et bien un blasphème après tout et que Dieu lui même soit contre lui !  Paul Jabara est amère : Son  " tube " a toutes les chances de rester une chanson maudite enfouie au fond de ses tiroirs à jamais . S'il le pouvait , il le chanterait lui-même son " Raining Men "... Mais il s'est forgé une image au fil des films et de ses disque : Dragueur de minettes dans " Dieu Merci C'est Vendredi " . Ou  encore ,jeune marié en lune de miel sur le medley du LP   " Disco Wedding " d'où est extrait l'excellent " Honeymoon in Puerto Rico " :      http://www.4shared.com/mp3/CcO3o-7zba/paul_jabara_-_honeymoon_in_pue.html?
 & 12" discomix medley : http://muzofon.com/search/paul%20jabara%20honeymoon
Jabara n'assume pas vraiment son homosexualité , en dehors des hauts -lieux de la " Nightlife " new-yorkaise . Il a même une" petite amie" attitrée qui le suit partout... Dans son autobiographie , Nile Rodgers se souvient : " Un soir dans les chiottes  du Studio 54  , j'étais en train de prendre de la coke avec Paul Jabara . Fidèle à mes habitudes , je pissais devant tout le monde , sans complexes et sans arrêter de faire la fête ( pour Rodgers " faire la fête " , c'est aussi se faire sucer dans les toilettes...N.D.A )  . Paul a lancé : - " Nile  , tu voudrais quand même pas gâcher cet équipement avec une vulgaire salope ? " Je n'avais pas imaginé une seule seconde qu'il était homo . Il y avait une vraie note de mépris dans la façon dont il avait prononcé le mot " salope " .                                                                                                                    
    On l'aura compris , à cet époque , le libidineux libanais est particulièrement remonté contre la gent féminine ... Et pour cause ! Alors pour oublier , il fait comme tout le monde : il picole et se poudre le nez .                        MISS JONES  : A LA POURSUITE DE LA DIVA CINOQUE :
         L'entourage  de Jabara lui parle alors d 'une chanteuse qui pourrait être l'incarnation parfaite de la  nymphomane  croqueuse d'hommes , idéale pour interpréter " It's Raining Men " ! La sculpturale et quelque peu effrayante Grace Jones .  L'ex mannequin jamaïcain n'en est pas à son coup d'essai en matière de disco : En 1981 , elle  a déjà à son actif trois albums dans ce registre , mixé et produit par Tom Moulton . Dès 1975 , son titre " I Need a Man" ( un hymne militant homosexuel ) en avait fait rapidement une égérie gay.      http://muzofon.com/search/GRACE%20JONES%20I%20need%20a%20man                                                                                                                                             Instrumental :  http://www.4shared.com/mp3/M9QapitVce/G_J__I_N_A_Man__Instrumental.html      Peu avare de ses charmes , cette panthère disco semble tout naturellement être un choix en or ...      
  Les prestations scéniques qu'elle a effectué en playback au 54 et au Palace , entourée de danseurs en string qu'elle tient  en laisse , laisseraient même augurer le meilleur si elle se décidait à interpréter ce nouvel hymne pour gays nymphomanes ...                                                
 Problème : En 1981 , comme beaucoup d'artistes, Grace Jones a laissé tomber le disco pur et dur , pour une disco -funk robotique et froide flirtant avec le reggae . De plus , son mari de l'époque , l'homme d'images J.P Goude déteste le disco et lui a façonné un look néo-cubiste en costard à épaulettes Armani , typique des 80's . On est évidemment loin des paillettes des débuts où Grace se promenait à moitié nue en body de satin ou en peau de bête ...
       Par ailleurs , P. Jabara qui n'était déjà pas franchement emballé par la voix de Cher , n'est pas d'avantage convaincue par les prestations vocales  "décoratives " voir  "anecdotiques" pour certains , de la belle jamaïcaine ...  Ce qu'il recherche désormais ,  c'est une " Castafiore du disco " à l'image de Loleatta Holloway  ou Jocelyn Brown  ( toutes deux indisponibles ) , qui ne sont certes pas des reines de beauté mais qui ont du coffre et qui " envoient la sauce vocalement " !                                                               L'autre problème étant évidemment le tempérament  ingérable  de la volcanique diva d'ébène  qui distribue des baffes à la moindre contrariété  . Le malheureux journaliste Russell Harty , par exemple , en fait les frais lors d'une émission .
 Il avait , en effet , eu la mauvaise idée de lui tourner le dos pour s'adresser à un autre invité !                                                      (Attention: dans quelques secondes Grace va bondir ...!)
             ... Et hop , c'est parti :  " - Ah tu ne veux pas m'écouter ? Tiens! Prends ça imbécile !"

De plus , Grace est en pleine promo de l'excellent LP " Nightclubbing " enregistré aux Bahamas , avec la crème des musiciens jamaïcains aux studios Compass Point à Nassau . En sera notamment extrait , le très bon disco -funk  " Pull up To The Bumper " : http://muzofon.com/search/Grace%20Jones%20Pull%20up%20to%20the%20Bumper%201981  (single & LP version ) &  12" Larry Levan mix :  http://muzofon.com/search/Grace%20Jones%20Pull%20Up%20To%20The%20Bumper%2012  & 12 " Special discomix : http://www.4shared.com/music/ufYKvksBba/04_Piste_4.html?  
Sous la houlette de son photographe de mari , Grace Jones a donc amorcé un plan de carrière très sélect, qui cadre mal avec le strass du disco . Mais au final , les staffs respectifs de Jones et Jabara organisent quand même un rendez -vous ( Dès fois que ça puisse vraiment rapporter ... On ne sait jamais !) . Une rencontre entre le petit prince du disco et l'excentrique femme du  très parisien Jean- Paul Goude est donc prévue ( au grand dam de ce dernier qui répète à sa fantasque épouse : " Le disco c'est cheap ! " ) . De son côté , Paul Jabara se dit qu'avec beaucoup d'arrangements et de " backing vocals " , il y aurait peut-être possibilité de faire illusion ... Cependant , il connait aussi la réputation sulfureuse de miss Jones :  Non seulement castagneuse , mais aussi  véritable dévoreuse d'hommes et accessoirement de femmes ...
Jabara a désespérément  besoin d'une chanteuse , mais il appréhende aussi ce rendez -vous  et cauchemarde à l'avance , en fantasmant sur les supposées motivations de l' imprévisible panthère ...
En imaginant le pire , notre héros est pris de vertiges et se met à transpirer à grosses gouttes : " - Sainte mère de Dieu , protégez - moi : Tout , mais pas ça ! " 
Assis au Bar de l'hôtel où le rendez vous a été fixé , Paul  attend anxieusement ... Il regarde à droite , à gauche : "- D'où cette frappadingue va t - elle débarquer ? "  Du plafond , peut -être , telle une chauve -souris enragée prête à lui tomber dessus , comme la misère sur le monde !
Mais les minutes passent , puis ce sont les heures... Et toujours pas de Grace Jones ! Pour patienter et se donner du courage , mister Jabara enchaîne les coupes de champagne... Tandis que la trotteuse fait le tour du cadran . La chanteuse n'est pas  réputée pour sa ponctualité , mais là franchement , elle exagère ...
L'abus de champagne aidant  , l'ami Paulo s'est à moitié assoupi . Et dans un état semi -comateux ,   l' image de la terrible miss Jones revient le hanter encore et encore ...   
 Paul Jabara avachi sur un canapé de l'hôtel finit par émerger de sa cuite  :  la nuit est tombée ,  Grace Jones  ne s'est jamais pointée ! Il rentre chez lui , plus ou moins furax d'avoir perdu son temps mais aussi bizarrement soulagé... 
       Notre ami se dit que  " La  Jones "  a du rester une fois de plus , figée au pays des éléphants roses après un abus de substances illicites ...  
         Plus tard dans la nuit , une femme hurlante , perruquée et fagotée comme un épouvantail de luxe , débarque avec fracas au bar de l 'hôtel . Il est deux heures du matin  ( la rencontre avec Jabara était fixée à 14 heures ) . Elle vocifère à la face du barman tétanisé , qu'un idiot lui a donné rendez -vous  et qu'il n'est même pas fichu d'être à l'heure !   " - Mon temps est précieux , bande d'imbéciles ! "

Pour l'anecdote , ce genre d'incident se reproduira régulièrement au cours des trente années suivantes . Miss Jones confondant bien souvent le jour et la nuit  , les courageux journalistes qui voudront l'interviewer , en seront pour leurs frais ...  En attendant , Jean -Paul Goude est soulagé : sa tornade de bonne femme ne chantera pas " It's Raining Men " . il ne s'est tout de même pas usé à la formater en icône de pub Citroën , pour la voir virer disco à nouveau ..! Toujours plus sophistiquée , la diva cinoque poursuit donc sa route musicale,  à mi-chemin entre reggae et new wave . 
Quant à Jabara , c'est le retour à la case départ .  Un constat s'impose : New -York ne veut plus entendre parler du disco , il faut  définitivement aller prospecter ailleurs ...
Il  sait qu 'en Europe , on continue de faire du disco, mais Jabara est un américain chauvin : pas question de recruter une française chantant dans un anglais approximatif  ou une latina avec un accent à couper au couteau...          EN ROUTE POUR GAYLAND !                                                                                                                                     
Unique solution : San Francisco , la seule région où le disco fait encore de la résistance aux Etats -Unis ! Notre ami s'envole donc pour la ville des gays et des hippies . Nous sommes déjà en 1982 : il doit faire vite ... Qui sait si le déclin du disco ne va pas aussi toucher cette ville magique ? 
Essentiellement blanche , la communauté gay de San Francisco se passionne pour le chanteur Sylvester et le disco en général , grâce à des deejays motivés comme Johnny Disco ou encore Bill Motley qui triomphe avec son groupe Boys Town Gang , avec des titres  comme " Come & Get Your Love " :   http://www.4shared.com/mp3/on6_y95lce/boys_town_gang-come_and_get_yo.html . L'immense popularité de leur méga -tube  " Can't Take My  Eyes Off You ", un des derniers grands morceaux disco orchestrés , redonne tous les espoirs à Jabara : http://muzofon.com/search/Boys%20Town%20Gang%20Cant%20Take%20My%20Eyes%20Off%20You  (All Versions )  
Avec tous ces clones  moustachus , Paul Jabara  est comme un poisson dans l'eau et ne regrette pas le voyage : il en profite d'ailleurs pour joindre l'utile et l'agréable  http://muzofon.com/search/boys%20town%20gang%20just%20can%20t%20help%20believing

Dans l'euphorie générale , notre ami en oublierait presque l'objet de sa venue à San Francisco : Ici la vie nocturne continue d'être rythmée au son du disco ... dans la sueur , les paillettes et la testostérone !  Et même si les nuages menaçants d 'une épidémie mortelle se profilent à l'horizon , la fête bat son plein ! http://muzofon.com/search/paul%20parker%20patrick%20cowley%20target
Cependant les contacts avec les stars du disco San Franciscain sont vite pris  , et  notamment avec la plus célèbre d'entre toutes : le flamboyant Sylvester .
" I NEED YOU " (ALL VERSIONS ) : http://muzofon.com/search/sylvester%20i%20need%20you 
Mais celui -ci a fort à faire  : il est extrêmement remonté  contre son ex -producteur Harvey Fuqua qui non seulement a viré ses deux copines Martha & Izora des Two Tons of Fun  , mais qui l'a en plus escroqué  de plusieurs millions de dollars sur les recettes de ses disques (  comme bon nombre d'artistes à l'époque du disco, il n'en verra d'ailleurs jamais la couleur... ) 
 Sylvester est débordé : Il intente un procès contre Fuqua et la maison de disque Fantasy Records . Il en profite également pour rejoindre son ami Patrick Cowley sur son label  Megatone  : Ensemble , ils signent un titre testament ( Cowley atteint par le VIH est quasi -mourant )  " Do You Wanna Funk  " qualifié comme " une ode aux drogues et à la danse "  :  http://muzofon.com/search/sylvester%20do%20you%20wanna%20funk                                                               Il prend quand même le temps de toucher un mot à Jabara sur ses deux copines au chômage technique depuis plus d'un an , qui n'en finissent plus de se lamenter sur la vie , et de vider le frigo par dépit ...                                                                                              
Les deux sympathiques chanteuses , totalement blasées, ont même remballé leurs habits de lumière : Adieu paillettes , boas en plumes et autres froufrous ... et bonjour les pantalons de  jogging triple XXL , façon concierge  qui se laisse aller...  

De plus , Elles ne comprennent pas pourquoi Sylvester  a choisi leur amie Jeanie Tracy  ( une autre dondon , chanteuse de Hi -Energy ) pour la produire sur son nouveau label Megatone ...  Jalouses , vous avez dit jalouses ?    Aussi quand leur téléphone se remet enfin à sonner et que l'homme qui a écrit des tubes  pour Donna Summer et Barbra Streisand , demande à les rencontrer  , c'est un don du ciel  qu'elles n'attendaient plus !        -  " Qui ça ? Nous ..? Vous êtes  bien sûr ?!!? "                                                   
                                                         PAUL JABARA  ?   ALLELUIA  !                                                                   Nos deux " big ladies " se mettent  sur leur trente-et-un et partent illico presto , à la rencontre de leur futur producteur ! Le coup de foudre artistique est quasi -immédiat : Notre songwriter de légende s'attendait bien à rencontrer des femmes de poids , mais là , il est servi ...  Alors qu' il pensait au début ne choisir qu'une seule chanteuse ,  l'idée d'un " duo de castafiores disco et nymphomanes " a également vite fait  son chemin . Pour coller au morceau qu'il leur propose , ils les rebaptise The Weather Girls  ( " les filles de la météo "... quoi de plus normal , quand on annonce qu' " il pleut des hommes ! ")                                                            
                     (Emmitouflé entre deux Weather Girls : très pratique pour se réchauffer en Hiver )                     Les voix des deux divas correspondent parfaitement à ce qu'attend Jabara :  Martha & Isora viennent du gospel ...  Les Alléluia ponctuant le refrain ,  seront  donc proclamées  avec grande conviction  ( Ce qui avait notamment  refroidi la très croyante Donna Summer . " Alléluia " qui signifie "gloire à Dieu ", exprime aussi l'allégresse des fidèles durant les prières.  ).  Ici , les deux plantureuses créatures vont louer le Seigneur pour leur avoir envoyé des hommes par milliers , afin qu'elles puissent " faire leur marché " ... Le sacrilège est plutôt évident !                                                                                                                                                              Plus le projet avance et plus le producteur est emballé par ses deux ogresses de charme  : Son but est de transposer aux années 80 , l'énergie et la bonne humeur que les deux chanteuses pouvaient transmettre à la fin des 70's , notamment  dans le titre " Dance Disco Heat "  de Sylvester , que Jabara apprécie particulièrement  :
   Cette chanson était une curiosité dans le sens où elle attribuée à Sylvester , alors qu'elle est intégralement chantée de A à Z  par Martha & Izora  ( Sylvester n' y faisant en fait que les choeurs ) : http://muzofon.com/search/dance%20disco%20heat%20sylvester .  Le challenge du projet va donc être de taille : retrouver cette joie de vivre  propre aux 70's , dans un  hymne féministe qui parle à la fois à toutes les femmes , mais caresse aussi le public gay dans le sens du poil avec de nombreux sous-entendus lisibles ...                 Les couleurs de la pochette  sont  un premier exemple  :  
    SPECIAL 12 " DISCOMIX PROMOTIONNEL  (6 mn 57) :  http://www.4shared.com/music/BQUH9Xlwba/weather_girls_special_discomix.html    & Single , LP Versions + remixes & covers :   http://muzofon.com/search/Weather%20Girls     Le titre explose au final en 83  :  Numéro un des clubs aux Etats -Unis  , numéro deux en Angleterre , une très belle percée en Europe également ... C'est un tube international qui a des échos dans le monde entier .
 C'est bien évidemment aussi une réussite majeure  pour Paul Jabara ,  qui non seulement prouve qu'il est toujours un businessman avisé  , mais lance aussi la tendance de 1983 :  la disco-nympho  a donc de beaux jours devant elle ...   ( ci -dessous : Martha est heureuse : ses prières ont été exhaussées , mais sa poitrine généreuse  , confondue avec une piste d' atterrissage , l'a échappé belle ! )
A SUIVRE ...                                                            
                                                                             

146 commentaires:

  1. Tres belle rétrospective, mister Alex ! oui ce tout et n'importe quoi, c'est d'un ridicule, à coté des morceaux de qualité de Donna ou d'autres ! Tu crois que le "quand je suis gaie" d'Anne Cordy a un double sens ?

    RépondreSupprimer
  2. " Quand je suis gai(y)e, je danse n'importe quoi , n'importe comment ...y compris le french -cancan !" ... Oui il est possible que l'auteur ai glissé un message subliminal pour le public principal d'Annie ! Lol !

    RépondreSupprimer
  3. C'est même certain je pense lol !

    RépondreSupprimer
  4. Lol ! proposer "ring my bell" à la jeune Stacy ! ça aurait été comme lui faire chanter "jump to the bite"... je pense comprendre pourquoi elle a refusé,tu en sais davantage ? sinon c'est vrai, tous ces morceaux funk, c'est bien plat... et perso, je trouve que Diana a eu raison de faire retoucher "upside down"... j'accroche moins avec le mixage original

    RépondreSupprimer
  5. Oui , en fait " Ring my bell " conçue pour Stacy , avait des paroles très innocentes à la base et c'est " Big Anita " qui trouvait la chanson totalement niaise , qui a demandé de nouvelles paroles avec allusions sexuelles .... ( la cochonne ! ) D'accord avec toi pour Diana : sa voix est plus efficace après le réenregistrement , mais par contre , j'aime bien la longue partie instru qui ne figure pas sur le LP . Lol : " Jump to the bite " ... tu ne crois si bien dire , ça me rappelle des souvenirs : il y a 20 ans, lors d'une soirée campagnarde disco - saucisson - foire au boudin , au fin fond de la cambrousse bretonne , il avait passé la chanson : Et moi , je dansais totalement bourré en brayant à tu -tête " Viens -là et saute sur ma bite ! " à la grande honte des gens qui m'accompagnait !

    RépondreSupprimer
  6. Ah ok je comprends mieux, merci pour ces explications ;) d'un coté elle n'a pas eu tort de faire changer les paroles, ça a sans doute contribué au succès du titre... moi je n'ai jamais vraiment accroché : bien sur je l'ai beaucoup aimé quand je l'ai découvert ado, je me souviens encore que j'étais dans mon lit et écoutais en cachette la radio jusqu'à des heures pas possible le samedi soir (nostalgie dance)... donc c titre reste associé à cette époque, mais sinon, il ne me procure pas vraiment d'émotion... sans doute trop rabaché... pour Diana, c'est vrai que le final est génial, plus jeune, ne connaissant pas la version longue, je regrettais que la fin soit si courte ! et toi, tu n'avais pas honte hein ???? LOL tu avais la chance d'avoir un entourage tolérant non ? moi je n'aurais jamais pu faire ça dans ma famille !!!

    RépondreSupprimer
  7. Oui idem en ce qui me concerne pour " ring my bell " : super souvenir d'enfance en 79 et je garde le maxi 45 tours qu'on m'a offert mais ... je ne peux plus l'écouter : je ne la supporte plus : un peu comme dans une relation amoureuse : super au début puis on ne supporte plus la voix de l'autre et qu'on a juste envie qu'il se taise et mieux vaut passer à autre chose ... là c'est pareil quand j'entends ce titre , je zappe immédiatement et pourtant je l'ai vraiment aimé ! Par contre , je n'ai pas cette sensation avec les titres de Donna Summer par exemple , même si je m'en lasse parfois , j'y revient toujours avec plaisir ! Et puis elle était tellement mignonne et sexy avec sa grosse bouche et son nez retroussé ... ça reste mon grand amour disco ( lol) celle qui m'a donné envie encore plus de découvrir cette musique ( même si par la suite , elle a un peu renié ce statut de reine du disco ... mais bon... je suppose qu'elle a associé cette période de sa vie à des épreuves , des souvenirs pénibles et puis il y avait cette image de femme sensuelle et amoureuse du sexe qui ne lui correspondait pas ... et pourtant c'est comme ça qu'on l'aime , perso moi Donna c'est de 1974 à 79 . Le reste de sa carrière à quelques exceptions près , c'est bof ...bof... ( je déteste l'album fait par quincy jones , je n'aime pas non plus " supernatural love " avec son clip ringard des années 80 etc...) Pour en revenir a tes souvenirs d'ado que tu me racontais , j'ai passé moi aussi des nuits blanches comme toi à rêver sur de la musique , ça te faisait quoi à toi? Moi ca m'évoquait des images , des scénarios , peut- être l'espoir d 'une vie où tout irait pour le mieux ( totale illusion !) ... Ca me donnait du rêve quand ça n'allait pas ... et aujourd'hui encore le disco , c'est ma thérapie ! lol Pour " jump sur ma bite " , mais non je n'avais pas honte , c'est bien ça le pire et je voyais pourtant bien les regards consternés autour de moi , mais bon ... j'ai tellement fait pire avant et après ça ... et puis il n'y a pas à avoir honte : je ne faisais de mal à personne après tout , n'est -ce pas ? Sauf à moi même , en buvant comme un trou .... ! ( non mais quelle andouille je faisais! lol)

    RépondreSupprimer
  8. Oui, c'est pareil de mon coté pour Donna : il y a quelque chose qui ne se produit pas avec les autres... le son de Munich, associé à sa voix, son physique... et puis elle nous a pondu beaucoup de titres disco, donc on a de quoi faire ! moi aussi c'est elle qui m'a vraiment donné gout au disco... au tout début c'était Diana Ross car j'étais fou de "love hangover", mais ça m'est vite passé : meme si Diana a ce coté très classe, chic, et meme si ses morceaux disco sont sympa (mais pas tous), je préfère la chaleur de Donna. Oui pareil, c'est Donna jusqu'en 79. Je décroche à partir de son album de 1980 (dommage qu'elle ne nous ait pas offert un ultime album disco en 80 !!). J'aime beaucoup "i'm a rainbow" en revanche, meme s'il n'est pas sorti à l'époque...je pense qu'il aurait eu du succès avec ce son Moroder début des années 80... dommage aussi qu'elle n'ait pas continué avec lui... c'est un peu comme farmer et boutonnat, l'un sans l'autre, c'est bof bof... pourtant j'aime beaucoup son album avec SAW aussi, je trouve qu'on y retrouve la magie des 70's (sans le coté sensuel) : cet album, quand je l'écoute, me fait rever, comme ses albums disco ! en revanche c'est vrai que le reste, c'est mitigé...parfois j'aime, parfois non. Je n'ai jamais vraiment accroché à son "tube" avec Quincy... Je préfère vraiment la magie du disco, les paillettes, le coté sexy, tout en restant classe... on peut dire ce qu'on veut, "la musique disco est une musique de pd", il faut avouer : que ce soit Dalida, Sheila, Karen Cheryl, Donna : leur plus belle période a été le disco, au point de vue musique et apparence physique ! (J'ai horreur de Karen avec les cheveux courts lol)... J'ai l'impression que dans le disco, on s'amuse tout en restant sérieux : sérieux dans le sens où il n'y a pas ce coté bébète des années 80 (genre l'émission avec Raffaella Carra et ses trucs fluo)... En ce qui concerne les nuits blanches, lol, moi aussi je m'inventais des choses en écoutant des titres disco : par exemple, sur "instant replay", je m'imaginais que c'était un mec que j'aimais à l'époque qui chantait, et moi je lui avais écrit le titre et l'avais propulsé sur le devant de la scène...je crois que c'est de là que me vient mon envie de composer : autant etre chanteur ne me dit absolument rien, autant composer et mettre en avant quelqu'un qui me plait me procure une sorte de jouissance... meme si ça ne reste que du fantasme, meme si je ne sortirai jamais de disque, j'éprouve ce besoin de composer, de me créer un univers qui me correspond, de mettre un son sur mes émotions, quand ça va bien comme quand ça va mal, pour me soulager en quelque sorte... et puis j'adore créer des accords, voir la mélodie prendre forme...ça me procure beaucoup d'émotions... ensuite je reve au tournage d'un clip, à la sortie d'un disque... et pour en revenir à l'imaginaire, je revais aussi d'un monde plus beau en écoutant la nuit du disco : je me souviens que je revais à une fete foraine, qui disposait en son centre d'une piste de danse avec néons multicolores, et on dansait la nuit sur du disco... en 2011 et 2012 je m'imaginais aussi ouvrir une boite disco, j'avais tout détaillé, la conception intérieure, etc... oui le disco, c'est vraiment une thérapie !!! et tu sais meme si tu buvais à etre ivre mort, j'envie ton coté "sans honte" que je n'ai pas : ma mère m'a malheureusement élevé en m'apprenant À avoir honte du sexe ou d'autres trucs, de faire attention à ce que les autres peuvent penser...du coup j'ai fait un mélange dans ma tete, et aujourd'hui j'ai des difficultés...mais bon, tant pis ! le disco est là pour me sauver !!

    RépondreSupprimer
  9. D'accord avec toi pour Diana et Donna : coté capital sympathie Donna l'emporte allègrement et puis Donna comme tu dis ,c'est vraiment l'essence du Munich Sound . Diana est plus Diva et ... beaucoup plus garce et plus maligne aussi , derrière son immense sourire de star ! moi aussi j'aime beaucoup l'album de SAW de D Summer : c'est un vrai beau sursaut dans sa carrière devenue alors terne dans les 80's , comme le titre " she works hard ..." aussi . En 89 , j'étais ravi de ce nouvel élan et puis j'ai adoré le titre " this time.. " qui m'a fait rêvé ... c'est vrai qu'on retrouvait la Donna d'avant : cette voix unique enfin sur une belle mélodie ! Et sinon ; oui bien vu les stars que tu cites incontestablement leur plus belle période et celle où elles ont rayonné aussi physiquement ! et oui Karen avec sa coupe d'artichaud , quelle horreur : cette coupe de fin des années 80 -début des 90 qui lui faisait une énorme tête alors qu'elle était si mignonne ! ma prof de math qui lui ressemblait en " version moche " , c'était fait la même : c'était juste affreux ! Pour en revenir à tes compositions , je comprends mieux : comme tous les artistes , tu trouve refuge dans tes créations et d'après ce que tu me dis aussi , tu as tout pour être le pigmalion d 'un autre artiste : un peu comme jm JARRE l'était pour PJuvet au temps de leur relation ambigue ...!

    RépondreSupprimer
  10. ps : je trouve beau ce que tu raconte : ton rêve , la fête foraine avec une piste de danse , les néons , les couleurs : c'est très imagée , comme dans un film ... la discothérapie ça a du bon ! Pour en revenir à mes abus d'alcool dans les années 90 ( comme malheureusement beaucoup de jeunes le font ) c'était en fait pour me désinhiber car j'étais extrêmement timide , pudique etc... et j'en souffrais . J 'ai ce point commun avec toi : le regard de l'autre a longtemps compté pour moi ... l'abus de boisson m 'enlevait ce poids du regard de l'autre , du qu'en dira t'on ... ( mais évidemment c'était éphémère ) . Puis plus tard , je me suis progressivement libéré de ce poids , je ne vis plus au travers des autres aujourd'hui . évidemment , je suis toujours quelqu ' un de sensible ( le fond reste le même ) mais je me suis fait violence pour dépasser tout ça . par exemple : me mettre nu à la plage ou au sauna c'était absolument impensable pour moi il y a 20 ans ...Quand j'avais 14 ans 'j'étais malheureux , mal dans ma peau , j'avais honte de mon corps maigre d 'ado , je ne mettais même plus en maillot sur la plage ...moi qui aimait tant la mer , enfant ... ça a duré longtemps .... mais ça a bien changé aujourd'hui . j'ai acquis cette certitude : les autres n'ont rien de plus ou de moins que moi ou plutôt si en fait , j'ai des trucs en plus : par exemple , sans me vanter , je pense être extrèmement lucide sur le monde qui m'entoure ( d'où le besoin de rêve ) ... Et toi aussi Julian , je suis sûr que tu as plein de trucs en plus ! . tu es , comme moi , un "être d'émotions " , avec ce côté artiste , ce qui est parfois dur à vivre , mais comme on en a souvent discuté ; cela fait aussi de nous des personnes "riches " avec beaucoup de trucs en plus et qui paraissent parfois " hors normes" aux yeux de certains ... Je comprends aussi ce que tu dis par rapport à ton éducation ... j'ai vécu des points similaires , et même si ma famille m'apporte beaucoup aujourd'hui , je me suis aussi totalement libéré de son emprise ... cela a commencé quand je suis devenu indépendant financièrement , mais le chemin a été long même après ( Comme pour toi , mon rapport au sexe a été longtemps très difficile , compliqué ... ) Aujourd'hui plus que jamais , j'adore mes parents , mes soeurs etc... mais ils savent qu'ils n'ont plus interret à essayer de me donner des conseils , d'orienter ma vie etc ... Tu verras quand tu te libéreras définitivement du joug familial , je pense que ça ira déjà mieux : on peut aimer ses parents mais il ne faut pas se laisser envahir ! lol Prends confiance : on garde des cicatrices de son passé mais le temps fait son oeuvre et nous fait évoluer !

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour tes réponses mister Alex !dans le fond, c'est vrai, je crois que je ressemble à ce que tu étais il y. A 20 ans: complexes, timidité...je pense qu'on prend de l'assurance avec l'age, et aussi une fois qu'on a une situation, que l'on ne vit plus chez ses parents. C'est tout à fait ça comme tu dis : si on se laisse diriger par ses parents, one peut pas avancer et se sentir une personne à part entière, au meme niveau que les autres.Du moins c'est ce que je ressens.Je comprends mieux ton parcours avec ce que tu me dis...au fond on reste ce que l'on est : des etres sensibles... et je crois qu'il faut savoir se faire aider quand on en ressent le besoin (c'est mon cas en ce moment). Car meme si peut etre j'ai des "trucs en plus", je n'ai aucune estime de moi meme. Je suis comme toi lucide sur le monde, j'ai perdu cette innocence que j'avais étant enfant ou ado, et ça m'écrase. Comme j'ai dit, l'une des seules choses qui me sauve, c'est le disco ! j'ai accroché chez moi le lp 78 de Karen au mur. (Le poster intérieur), et je me prends à rever en restant longuement fixé sur son image... j'ai l'impression de me retrouver en 78 ! je crois que les gens, à l'époque, étaient moins capricieux et arrogants, ils n'avaient pas toute cette technologie que nous avns aujourd'hui, ils se concentraient plus sur les vraies valeurs, étaient moins prétentieux. Le disco, c'est peut etre superficiel, mais je ne sens pas de prétention là dedans... aujourd'hui il faut etre parfait pour plaire : j'ai vu un article qui parlait des photos complètement retouchées avec photoshop : eh bien tu me croiras si tu veux, mais une chanteuse qui a un corps avec quelques défauts (rien d'horrible) est devenue avec photoshop une statue parfaite ! forcément qu'après les gens développent des complexes quand on ne nous montre que des images retouchées à la tv et dans les magazines (que je fuis bien entendu). Enfin voila....je ne sais pas toi, dans les années 80 lorsque tu étais jeune adulte, si la mentalité du monde te paraissait aussi pourrie qu elle l'est aujourd'hui ? la chose qui délivre de ses complexes, je crois, c'est de ne plus faire attention au regard des autres. Il y a bien des personnes en surpoids qui se sentent bien dans leur peau, tout est une question de mental... il va me falloir encore du temps pour me détacher de mes problèmes, mais j'espère y parvenir ! en attendant merci de ton soutien mister Alex ! ps : c'est vrai que l'alcool rend léger et indifférent au regard des autres, j'ai ressenti la meme chose un jour chez mon ex, alors que je n'avais pris que 2 verres !

    RépondreSupprimer
  12. Mais oui tu vas évoluer ! ta sensibilité restera sûrement la même , mais tu va " apprivoiser" tes tourments , tu verras avec le temps .. Comme tu l'as dit : il faut se faire aider quand on a besoin , auprès de " personnes ressources" : ça peut être un ami , ou un membre de la famille s'il n'est pas trop envahissant , voir pourquoi pas un psy si ça va vraiment trop mal ( personnellement , je n'en ai jamais eu jusqu'à présent l'utilité mais je ne suis pas contre l'idée ...). Nous sommes sur la même longueur d'onde alors pour Karen , moi je n'ai pas son poster mais j'a écouté ses tubes disco toute la semaine ! J'adore moi aussi sa période paillettes et ma chanson préférée est définitivement " sing to me mama " qui me fait toujours autant rêvé . Tu as raison pour 1978 , dans mes souvenirs , je ne me rappelle pas toute cette arrogance actuelle , rien de semblable en tous cas , tout paraissait plus simple ... ou alors c'est moi qui idéalise mes souvenirs de l'époque ...? Je me souviens que les " boudins" avaient effectivement leurs places à la tv , aujourd'hui ce serait impensable : tout est lisse , aucun défaut , photoshopé jusqu 'au ridicule ... comme tu l'as bien observé ! le problème avec l'époque actuelle c'est qu'elle veut gommer tous les défauts , mais qu'elle a perdu son humanité aussi .... et puis ce paradoxe dans les médias : de poupées gonflables aux physique de Barbie mais qui ont un langage immonde , inhumain ...d'une bêtise affligeante . je ne me rappelle pas d'un langage aussi ordurier avant ( les " nike ta mère " et cie ...) ... Pour moi ,sauf pour de rares exceptions , je zappe cette télévision devenue un média soit de propagande , de bêtise ou encore visant un public de bobos qui ne font rire qu'eux ... PS : tu as remarqué alors pour l'alcool.... Je comprends pourquoi aujourd'hui certaines de mes connaissances passées ont eu aussi des soucis d'alcoolisme : quand la vie est trop dure , c'est vrai que la tentation est grande de lever le coude plus que de raison .... mais tant que ça reste un verre ou deux , de temps en temps ... il n'y a pas de mal à décompresser un peu . Moi c'est comme ça que je le pratique aujourd'hui !

    RépondreSupprimer
  13. PS 2 : petit conseil : il faut que tu retrouve impérativement ton estime personnelle car , bien évidemment , tu as plein de qualités ! Moi j'en vois certaines rien qu'au travers de ton écriture ... Fais en déjà une liste sur une feuille de papier et tu verras ! ( même si ce n'est pas évident de s'auto -flatter et qu'on pense souvent ne pas être objectif ) A très bientôt mister Julian

    RépondreSupprimer
  14. Oui merci pour le conseil, meme si c'est pas évident de s'auto évaluer...je vais essayer.Il faut que je me répète que j'ai aussi des qualités, pas que des défauts ! tu vois tu soulignes certaines qualités qui transparaissent à travers mon écriture, eh bien certes je me dis que peut etre j'ai certaines facilités à l'écriture, mais je me dis dans le meme temps que ça n'a rien d'exceptionnel... pourtant je viens de réfléchir un instant, et je réalise que oui, c'est vrai finalement, c'est une qualité que je possède ! merci mister Alex de l'avoir souligné ! Maintenant il faut que ça reste dans ma tete ! après tu voulais peut etre parler d'autres qualités par rapport à ce que j'évoque dans mes commentaires, je ne sais pas... en tout cas c'est toujours un plaisir d'échanger avec toi (bientot 2 ans deja !). On est très souvent sur la meme longueur d'onde, et ça c'est vraiment cool ;) oui par rapport à Karen, je crois que "sing to me mama" et "let me be" sont mes morceaux préférés : on ressent ce son venu d'Amérique... j'adore aussi l'album de 79 mais musicalement je le trouve légèrement plus fade... eh puis le lp de 78, j'adore les photos avec cette ambiance "plage", "vacances", et meme "club de voile" lol : c'est ce que m'évoque Karen avec son t shirt mouillé devant ces volets rouges en bois... sinon, pour le reste, la tv de nos jours, je te rejoins totalement ! Et en ce qui concerne ton post sur la fin du disco, c'est vrai que Marcia ex Boney M n'a pas brillé en solo...je ne connaissais meme pas son single ! Pour Precious, j'aime beaucoup "red light", "raising to my family" et "the night the music died"... ses autres albums, je ne les connais pas trop, mais son "hold on i'm coming" me laisse assez indifférent : déjà chanté par Boney M et. Karen Silver, c'est assez comme ça...!!

    RépondreSupprimer
  15. En fait , en ce qui concerne la forme : Oui , j'ai remarqué dès le début , que ce soit sur ton blog ou dans tes commentaires , que tu t'exprimais dans un français vraiment agréable à lire .... et ça fait du bien!... Parce que quand je vois parfois la façon dont les internautes écrivent .... c'est vraiment consternant ... Non pas que je cherche à jouer les profs de français , qui cherche à corriger tout le monde ( moi aussi je fais des fautes parfois ) , mais quand même : Quand je voit les internautes s'exprimer par onomatopées , oublier des mots , l'orthographe , la conjugaison ... et ne même pas relire leurs phrases qui n'ont plus aucun sens ... Tout cela bien sûr , souvent ajouté à de la "bêtise crasse" et aux insultes horribles qu'ils s'envoient ...ça fait un peu peur quand même ! Donc oui , c'est une qualité que tu as que cette belle écriture , et la volonté de t'exprimer dans un français correct et compréhensible par tous ! Mais pour le coup , moi je parlerais plutôt du fond qui transparaît dans tout ça : de ton humanité , ta sensibilité ,ta conscience des choses ... Soit sûr de ta valeur : il faut vraiment que tu te répète que tu es une bonne personne ... car c'est ce que tu es !

    RépondreSupprimer
  16. PS / KAREN SUITE : Moi aussi cet album de 78 me plait ( contenant et contenu ) Pour le contenant : c'est vrai que les photos sont belles , j'écoute les titres sur cd , mais comme toi , j'aime bien ressortir mon vieux LP rouge usé et me replonger , avec ses images , dans mes souvenirs quelques instants ... C'est vrai qu'il y a une ambiance " plage " sur ces images. Comme ça parait loin cette mode sexy des t -shirts mouillés : c'était vraiment inhérent à cette fin des 70's -début 80 ! Pour le contenu : quand j'étais petit , je n'aimais que "sing to me mama " et je n'écoutais jamais le reste ..! j'ai toujours adoré l'ambiance de ce titre qui me faisait penser à la Louisiane avec des mamas noires américaines ... Plus tard , j'ai aimé " sweet melody " , et puis bien sûr " let me be " avec son ambiance nostalgique et estivale ... Que c'était bien , cette époque de fin des 70's : d'ailleurs , je m'y replonge régulièrement en regardant de vieilles émissions sur Youtube : j'adorais aussi Joelle Morgensen la chanteuse de " il était une fois", disparue tragiquement en 82 ... je la trouvais belle et toujours naturelle sur les plateaux tv . Pour en revenir à karen , il y a une chose que je trouve vraiment dommage : c'est la mieux conservée ( et rafistolée ) de toutes nos chanteuses disco et elle serait sublime dans une robe à strass et paillettes, moulante , comme à la belle époque ( si il y en a une qui peut se permettre ça , c'est bien elle !) Alors pourquoi ne nous a t'elle jamais fait de revival disco dans les émissions consacrées à ce thème . Elle nous a bien chanté son tube kitsch " chéri , chéri " à Dax , il y a quelques années... ...

    RépondreSupprimer
  17. ps 2 : oui ... 2 ans d'échanges déjà ! Que vive le disco et que notre amitié continue !

    RépondreSupprimer
  18. Merci mister Alex pour tes compliments qui me remontent le moral ! en plus, je sais que c'est sincère; tu vois meme si ce n'est qu une amitié "virtuelle" et à distance entre nous, jai confiance en toi et je te confies beaucoup de choses que personne d'autre ne sait. De mon coté , je sens aussi que tu as de belles qualités (d'ailleurs rien que le fait d'aimer le disco c'est une qualité je crois...pas comme le rap par exemple, sans jeter la pierre à qui que ce soit). Mais une fois je suis tombé sur du rap, et ça ne parle que de braquages, frime, sexe (vulgaire), machisme et intolérance, et fric...sans oublier la violence etc... donc une musique pareille réunit forcément des gens qui ont cet état d'esprit au quotidien... mais ça je pense que tu le sais autant que moi ! je me souviens de nos premiers échanges, je crois que c'est la mort de Donna qui a tout déclenché... elle aussi, deux ans déjà... quand j'y repense, sur le moment j'avais l'impression d'avoir perdu quelque chose (vu qu'elle est associée à beaucoup de souvenirs de mon adolescence), j'étais perdu. C'est comme si le le disco mourait une seconde fois puisqu'il perdait à présent sa reine...et peu de temps avant j'écoutais encore "mac arthur park" à Nostalgie et je révais encore...je crois que les gens ont été surpris de voir que sa mort a suscité beaucoup d'émotion, alors qu'elle était un peu tombée dans l'oubli... je crois que beaucoup n'ont jamais oublié l'époque disco et Donna en particulier...elle devait etre présente partout à l'époque...je te rejoins pour les commentaires des internautes, j'ai vu ça, beaucoup écrivent en 2 secondes sans se relire ou meme s'ils voient des fautes sans prendre la peine de les corriger, car il me semble qu'on est dans une société où tout doit aller vite et où la lecture et l'écriture sont considérées comme ringardes. Donc, on méprise l'écriture. On se permet tout, insultes et autres. Quand je revois ces émissions des 70's dans lesquelles des jeunes sont invités, ce que je remarque c'est surtout que la majorité avaient encore une éducation et des valeurs élémentaires. Il est loin derrière et révolu ce temps... dans 50 ans, je n'ose imaginer la suite... pareil aussi pour moi, j'aime me replonger dans mes vieilleries, meme si je n'ai pas connu l'époque: au moins ça me permet de rever de ce temps que je ressens ancré en moi. A une époque j'ai eu une 2cv puis une R4, pareil encore, parce que j'aime tout ce que ces voitures représentent...et puis les anciennes autos ne sont pas froides comme celles d'aujourd'hui...en fait je crois que j'ai une personnalité qui ne colle tout simplement pas à l'époque actuelle, mais j'ai ressenti très jeune une forte attirance pour le disco, comme si mon etre intérieur avait trouvé son époque...et depuis je ne peux que confirmer que je colle complètement aux 70s ! C'est vrai aussi que "sing to me mama" a ce coté Louisiane...un peu comme cette pochette de hot rs où l'on voit un homme attendre à la terrasse d'une maison type colonial... je me trompe peut etre, en tout cas mon imagination voyage ! Et pour Karen, je crois qu'elle sait que ses fans aimeraient la revoir en chansons, mais il y a quelque chose qui la bloque... l'image "karen cheryl" ? mais qu'a t elle cette image ? elle n'est pas pire que dorothée ou mamie goya ! autant elle se souvient meme de ses chorégraphies ! j'ai vu que le père amadeo était toujours à paris et enseignait la danse, ils devraient collaborer à nouveau lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta confiance , Julian , ça me touche ! oui , bien vu : je n'imagine pas quelqun aimant le disco , être agressif ou haineux ... et je n'en connait aucun d'ailleurs dans mes connaissances ! Et inversement : ce n'est pas sans raison que je n'aime pas le rap... Cette musique véhicule , sauf quelques exceptions, des idées nauséabondes la plupart du temps ( même si les médias tentent de nous faire croire le contraire ) et puis qu'est ce qu'il y a de glorieux à jouer les gangsters de pacotille , entourés de meufs en string qui remuent du popotin : pour moi , c'est juste " top naze " ! Surtout que les rappeurs médiatisés ne sont rien de plus que des faux -rebelles ( et eux -mêmes super intolérants- homophobes & mysogines entre autre - comme tu l'as souligné ) faisant partis du système du show-biz : juste là pour ramasser le maximum de fric ... exactement comme les autres . Pour Donna , c'est bien ça : une partie d'une époque qui s'en va ... Même mes soeurs qui l'avait oubliée ,ont été choquées par sa mort , car elle représente effectivement une partie de leur jeunesse : tu as vu juste ! Moi j'ai ressenti une grande tristesse ce jour -là , mais c'est effectivement grâce à elle que notre amitié a commencé ! donc merci encore Donna ! nous avons donc un point commun et tu l'as parfaitement retranscrit : moi aussi mon âme appartient aux 70's ... définitivement .... C'est drôle que tu parles de 2CV : j'adore cette voiture ! je l'associe aux films de De Funès ..... Et puis oui , comme tu l'as bien vu dans les 70's il y avait encore ces valeurs de base alors que paradoxalement , il y avait beaucoup moins d'interdictions qu'aujourd'hui . .. Cherchez l'erreur ! Pour Karen , je pense que s'il elle avait arrêté sa carrière après le disco , ses chansons n'auraient pas cette image kitsch et ringarde : il faut bien le dire , après ça , ça été de mal en pis : ça s'adressait vraiment à un très jeune public ... et encore !!! .... Mais elle a au moins le mérite de nous avoir fait rêver l'espace de trois année ...et puis comme tu l'as dit : il yen a d'autres encre plus ridicules qui n'ont pas honte de revenir sur scène pour faire du blé : la mamie Goya , c'est vraiment flagrant : elle viendra bientôt chanter ses gamineries en déambulateur !!! A++ mister disco et merci encore pour ton amitié , qu'elle dure et perdure encore !

      Supprimer
  19. Ps : sinon j'ai retrouvé nadine expert (c'est elle qui le dit) sur un forum : elle raconte qu'elle aime toujours s'écouter, qu'elle est toujours sexy et qu'elle n'a rien à voir avec Dorothée ! lol ! il faudrait tous les réunir (karen, amadeo, nadine et autres oubliés) le temps d une soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je serais bien curieux de la voir la miss expert ! j'était stupéfait ( j'y pense quand tu parles de Dorothée ) d 'apprendre que c'était " AB PRODUCTION " qui l'avait produite ... comme quoi tout arrive ! Comment on t-il pu sombrer dans de telles niaiseries dans les 90's , avec " hélène et les garçons " et cie .... rien mais alors rien à voir .... l'appel du fric sans aucuns doutes !

      Supprimer
    2. ps : j'imagine bien la super réunion des mamies et papys du disco , tous plus liftés les uns que les autres !!! Mais ce serait super ...! je n'ose même pas imaginer à quoi ressemble Amadéo aujourd'hui ... Déjà qu'il faisait peur , il y a 35 ans !

      Supprimer
    3. ps 2 : en fait non ! il fait moins peur maintenant : il a eu la bonne idée de tout couper ( ses vieux cheveux fillasses et dégarnis & sa moustache de poisson -chat ) : http://www.dailymotion.com/video/x5eh4y_amadeo-choregraphe_creation tu savais qu'il avait aussi travaillé avec D. Summer ?

      Supprimer
  20. oui comme tu le soulignes aussi c'est ça : avant beaucoup moins d'interdictions et pourtant des valeurs : les gens savaient se tenir sans avoir besoin qu'on leur dise en leur mettant des barrières partout. Aujourd'hui malgré toutes les barrières, d'un autre coté c'est tout et n'importe quoi : arrogance, égoisme... alors je crois que sans les interdictions, le monde irait complètement à sa perte, les gens n'ayant plus aucune retenue... hier j'ai passé la nuit à regarder sur youtube des vidéos intégrales de midi premiere (il n'y en a pas beaucoup sur les centaines qui ont été tournées dans les 70's, mais c'est mieux que rien), eh bien comme je m'en doutais j'ai adoré...rika zarai qui n'a pas vu qu'elle était assise sur son micro... clodo qui n'arrive pas à passer au milieu de la foule... ça se voit que les gens étaient simples, ça respire le bonheur. Gilbert dit souvent "on est en famille", et c'est vraiment ce que je ressens...de l'authenticité, de la sincérité. Y a aussi sur youtube un document qui s appelle je crois "le miroir des idoles" : on y voit entre autres les débuts du mouvement punk... quand on voit leur comportement, on constate que ça s'est généralisé à quasiment tous les jeunes d'aujourd'hui... et l'autre soir je visionnais aussi le Luron lorsqu'il imite line renaud : j'en pleurais de rire lol ! sinon, j'aimerais aussi voir la tete de nadine expert aujourd'hui : autant elle n'a pas résisté à l'appel du botox... il parait qu'elle vit à paris. je me demande si beaucoup de personnes se souviennent d'elle... a t elle fait des tv pour "it s up to you" ? aucune idée ! il faudrait ecrire à patrick sebastien pour qu'il nous la ramène dans "les années bonheur" (meme si lecoeuvre m'est antipathique, je le sens faux, d'autres aussi le disent...). Oui moi aussi j'ai été étonné de voir qu'après nadine AB prod est passé à dorothée ... l'opposé total quoi... pour le fric comme tu dis... d'ailleurs l'album "excuse me monsieur" et le single "a bomb" de nadine sont introuvables en mp3...je crois que je vais les prendre en vinyle et les convertir moi meme ! et pour amadeo oui j'ai vu ça, la boule à zéro lol, c'est vrai qu'avec sa tete d'avant, il n'était pas très agréable à regarder (limite sale, l'effet). en revanche je ne savais pas qu'il avait collaboré avec Donna ! par contre ses cours ne doivent pas etre donnés...à moins qu'il soit tombé dans l'oubli (je crois que c'est le cas, mais ça n'empeche pas que ses cours doivent etre chers... j'aimerais bien me payer une heure un jour !)

    RépondreSupprimer
  21. Je partage ton avis sur les gens en général , c'est vrai ... C'est politesse 0 !!! Absolument aucune retenue... On tue d'ailleurs pour un rien ( un échange de regard ... etc ) Aujourd'hui , tu peux te faire poignarder pour avoir refuser une cigarette à quelqun ( même si tu est non -fumeur !) L 'ultra violence que l'on voyait dans les films des 70-80's est devenue réalité malheureusement . Sinon moi aussi bien sûr , j'adore ses vieilles émissions des 70's qui me rappelle mon enfance : tous ces exemples que tu cites ( rika zaraî ... ) Ce sont mes 6 ans quand je rentrais à midi de l'école : midi première c'était la pause détente pendant le repas avec tous ces dérapages en direct ... La Danièle Gilbert qui arrive à la fin de l'émission parce qu'elle est tombée en panne de 2 cv , tandis que Yvette Horner est bombardée présentatrice à sa place et ne sait plus quoi dire ... C'est juste unique ! Ca ne pourrait plus arriver aujourd'hui avec toutes ces émissions qui sont sous un contrôle absolu , coupée et remontée pour que rien ne dépasse ... Pour la miss Experte , effectivement ... aucune trace de ce single sur le net ... Tu crois que c'est disco ? Vu les titres et la pochette , c'est possible ... Pour Amadeo , oui c'est clair qu'un cour avec une légende de l'époque disco ce serait cool et ce n'est peut être pas si cher ... A mon avis , il a été oublié par la plupart des gens et presque personne ne se souvient de son " Superstar " !

    RépondreSupprimer
  22. ps 2 : Au fait monsieur " lovemorizou " avais tu regardé le specécial Karen Cheryl sur FR 3 dans les grands du rire " les etoiles de légende " ? https://www.youtube.com/watch?v=QnYzjheRHXw

    RépondreSupprimer
  23. ps 2 : mais elle est aussi passée chez la mireille dumas !!! https://www.youtube.com/watch?v=iqPyh63J9sU

    RépondreSupprimer
  24. Tu as peut être vu : j'aime tellement ses émissions des 70's que j'ai complété mon article sur Claudia Cardinale pour tous ses passages tv pour " Love Affair , Do it Claudia & Sun I love you " !

    RépondreSupprimer
  25. Lol : je ne peux que confirmer au sujet de ce que tu dis pour les cigarettes : il y a 3 ou 4 ans je revenais du continent et j'attendais le bateau à marseille : je me baladais dans une rue au moment où deux jeunes me demandent si j'ai un briquet. je leur réponds que non. tu aurais vu le regard qu'ils m'ont lancé... je ne me suis pas attardé !
    pour ce qui est de midi première, c'est vrai que le vivre à l'époque en direct, ce devait etre formidable...surtout qu'à l'époque il y avait plein de choses pour les gosses (chantal goya etc)... la tv d'aujourd'hui, je n'arriverais jamais à m'y faire, surtout que plus ça va et pire c'est : ce matin chez mon ami passait sur une chaine "les anges de la tv realité" : en dehors du "je me la pète", "on s'engueule et on se réconcilie", "on fait les cons", c'est totalement vide d'esprit...je ne pourrai jamais m'y faire c'est certain ! et au fait, pour l'Experte, si tu vas voir sur facebook, j'ai créé une page sur elle. J'ai trouvé sur le net une photo de 79 où on la voit interpréter "it's up to you", et aussi une seconde qui doit dater d'aujourd'hui (mais je ne suis pas sur que c'est elle, ce n'est pas marqué) : elle n'a pas résisté au lifting, mais ça va c'est raisonnable (manque de moyens financiers pour aller plus loin lol ?)... cherche l'erreur : sur la photo de 79 elle fait plus vieille que sur la seconde... je pense que ses titres de 80 sont disco, c'est peut etre aussi bien que "it s up to you " ? enfin je me méfie, car j'ai constaté que beaucoup de compositeurs, passé 79, perdaient comme par désenchantement leur talent...autant donc c'est disco mais sans intéret... pour Amadeo, comme toi, je crois que la majorité des gens ignorent qui il est...et ce devait etre encore plus le cas avant l'apparition d'internet, car sans le net, où entendre son "superstar" lol ?... sinon oui je connaissais la vidéo des grands du rire avec KC, mais l'autre chez mireille, non ! étrange couple...mais s'ils sont heureux ensemble, laissons les faire... son mari résume bien son statut de chanteuse en un mot : "conne" ! c'est vrai qu'avec le début des années 80, on ne pouvait plus la prendre au sérieux...et encore moins après avec les gosses... pour Claudia, j'ai vu ça mister Alex, c'est vraiment cool, bravo pour ces infos que souvent je ne connais pas ! j'aime beaucoup aussi cette période de Claudia en chanteuse, perso, je ne la trouve pas ridicule, au contraire...elle rayonne...mais beaucoup ne peuvent comprendre cette vision que l'on a, nous, les reveurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement , tu as eu de la chance de ne pas te faire agresser ... Hum ... Marseillle , je n 'ai vraiment aucune envie d'aller m'y promener ( et bien que GOOGLE nous invite à venir visiter cette belle ville ... la nuit ! Ben voyons ... Personnellement sans moi !!!) Tu as sans doute vu : en ce moment , la grande tendance , c 'est de tuer pour piquer le portable ... il faut croire que la vie humaine n'a plus aucune valeur .... Quelle tristesse , ça fait froid dans le dos !

      Supprimer
    2. ps : pour moi non plus les vidéos de Claudia ne sont pas ridicules , c'est kitsch , mais c'est le reflet de cette époque ... j'aime cette simplicité , en opposition à la vulgarité des programme tv actuel ( ceux que tu cites sont , c'est vrai bien gratinés ) . D'ailleurs avec ma fille , on a trouvé un surnom pour la chaîne NRJ12 : c'est " Télépintade "!

      Supprimer
    3. ps 2 : oui ces vieilles émissions de tv quand je les revois me réchauffent le cœur , époque de mon innocence perdue ... qui ne reviendra jamais ... il faut faire avec ...pas le choix et continuer à avancer . Pour la miss Experte , je serais curieux de voir ça ! si tu as l'occasion de m'envoyer la photo.... ( je n'ai pas de page Facebook ). J'aimerais bien trouver une vidéo aussi d'elle lorsqu'elle interprétait " it's up to you " , ça doit bien exister mais rien sur le net pour l'instant ... Pour Karen , C'est clair qu'elle forme une drôle de couple avec son mari ... mais ils ont l'air heureux et très complices . Je la trouve cependant un peu trop dans le contrôle d'elle -même ( elle a du être bien brieffé par son mari ) ce qui n'enlève rien à son capital sympathie , je la trouve juste un peu trop lisse .... ( sûrement une carapace de protection qu'elle a dû développer face aux diverses méchancetés durant toutes ces années ...)

      Supprimer
  26. Ps : chez la dumas, y'a aussi la juvette et le plastic (on ne saura jamais si c'est lui qui chante) : j'adore leur bonne humeur, je me suis bien marré en regardant à nouveau l'interview ! juvet est vraiment cool, à 2 à l'heure, et il se marre bien... meme s'il est tombé dans tous les exces, j'aime sa personnalité...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'aime beaucoup aussi ce passage avec juvet -bertrant : c'est tout le talent de la Dumas , on a l'impression de partager un bon moment avec de vieux amis qui se laissent aller à la confidence .... La magie de la televison parfois ! La personnalité de Juvet est effectivement toujours aussi intéressante ...et tout ça sans prétention ...aucune. Le suisse cool typique comme on l'imagine .

      Supprimer
  27. Salut tout le monde, joyeux monde de la disco ! Je découvre enfin ce blog (et pourtant j'étais sur terre depuis un bon moment) comme vous je suis un amateur, un adorateur de la musique disco et de tout ce qui l'entoure ! J'ai un maximum de choses à lire pour rattraper le temps perdu mais je viendrai me trémousser sous la boule à facettes le plus souvent possible !

    RépondreSupprimer
  28. Bonjour Gilles . Tes commentaires sont les bienvenues ! Reviens quand tu veux sous la boule à facette . A Bientôt !

    RépondreSupprimer
  29. Un petit mot à propos de LIME leurs 3 premiers albums sont de vraies pépites avec des trouvailles dans les sonorités et de mélodies efficaces...en revanche leurs prestations sont pitoyables : pas de look, pas de présence, pas de chorégraphie, on dirait Raymond et Paulette en soirée karaoké...c'est peut-être après une prise de conscience qu'ils se sont fait remplacer par deux jeunots

    RépondreSupprimer
  30. Raymond et paulette font du karaoké .... lol c'est tout à fait ça ! LIME était clairement et avant tout un groupe de studio , une "entité " qui existe au travers de leurs pochette de disque verte fluo ... C'est clair que les prestations TV et la scène c'était pas leur truc , : comme tu le dis , ils ont vite arrêté , pour mettre deux blondinets faisant du playback à leur place sur leurs chansons .... ce que je trouve encore plus nul .... je préfère encore voir les vrais même s'ils n'ont pas de charisme . Et puis c'est le reflet d'une époque : les moches pouvaient aussi faire des disques et même un couple de Bidochon pouvaient chanter du disco à la télé .. car. malgré tout le talent musical était là ... à défaut d'une quelconque présence scènique . Pour ce qui est de leurs albums , je suis assez d'accord : les 3 premiers sont les meilleurs .... j'aime malgré tous certains de leurs titres jusqu'en 1985 , après ça , ils perdent tout interrêt : leur musique se transformant en une sorte de " dance music " bas de gamme ...

    RépondreSupprimer
  31. Nous sommes d'accord Alexandre ! Merci pour le post sur¨Patrick Cowley un petit génie du son qui a composé et produit de bons morceaux lorgnant avant l'heure du côté de la High NRG, trop tôt disparu (à seulement 32 ans) il nous livre avec ce Menergy un morceau plus qu'explicite sur la vie Gay mais dont le grand public (non initié) ne capte rien...un peu comme avec Village People...

    RépondreSupprimer
  32. Oui l'un et l'autre ont trop vite disparu ... mais ils nous ont laissé un bel héritage musical et des souvenirs pour des années et années encore !

    RépondreSupprimer
  33. J'ai découvert Boys Town Gang grâce à Can't take my eyes off you, et ensuite j'ai fait le chemin à l'envers et découvert leurs titres précédents. J'ai le souvenir de les avoir vu en boite à Cannes lors d'une soirée du Midem, elle chantait très bien alors que ses boys réalisaient leur chorégraphie ...et dire qu'à l'époque je n'avais rien compris de leurs messages..c'est beau l'innocence !!! Au passage l'album "Disc Charge" était canon..avec des muscles saillants...là encore je n'avais rien compris...depuis ça va mieux !!!

    RépondreSupprimer
  34. je te rassure : même adolescent je n'avais rien compris à la pochette ! Pour moi c'était juste des mecs qui faisaient de la mécanique dans un garage .... non mais quelle naïveté ! Comme tu dis c'est beau l'innocence... ! En fait cette pochette aurait vraiment pu servir de jaquette à une vhs de porno gay de l'époque ....

    RépondreSupprimer
  35. Oui j'imagine le titre "les rois de la vidange" ou "les pistons s'activent" mais encore "Décharge moi la batterie" !!!! Mais qu'est ce que je raconte ? Merci pour le post sur Viola Wills...je l'ai découverte avec le remix de "Gonna get along without you now" et dernièrement j'ai acheté la réédition de l'album sur lequel on retrouve entre autre l'original. Elle n'avait une voix puissante mais un grain bien particulier pour elle aussi pas mal de reprises en définitive. Le disco a pas mal recyclé d'anciens tubes...

    RépondreSupprimer
  36. Excellents titres ! Tu aurais pu faire distributeur de film X dans les 80's ! Oui pour Viola , les 3/4 de sa carrière sont basés sur des reprises ... je trouve qu'elle avait une voix assez particulière qu'on reconnait facilement , contrairement à d'autres chanteuses de l'époque dont la tonalité vocale n'est pas suffisamment originale pour être identifiable .

    RépondreSupprimer
  37. Ps : tu m'excuseras mister Alex d'interrompre votre conversation, je voulais juste dire à Gilles que je le remercie pour ses messages sur mon blog, mais que je ne peux pas répondre car ma tablette bug avec mon compte blogger...

    RépondreSupprimer
  38. N'hésites pas mister Julian , si tu as des messages à faire passer ... Si je peux te dépanner c'est avec plaisir : Tu sais que tu es ici chez toi !

    RépondreSupprimer
  39. Bonjour messieurs, je suis ravi d'avoir découvert vos blogs respectifs c'est divertissant, enrichissant, instructif..(j'arrête après vous allez avoir la grosse tête !) .je me régale à lire vos commentaires...ça fait du bien de se dire que l'on est pas seul à nourrir cette passion ! J'espère que cela ne vous dérange pas si je passe de l'un à l'autre .....Il me semble ne pas avoir vu une petite bombe de 1979 du nom de Rena Scott...avec en titre phare : Super Lover...Hummm que c'est bon...Si vous n'aimez pas je réécoute l'intégrale de Kiss .....

    RépondreSupprimer
  40. Merci pour tes compliments ... moi ça y est : ma tête est déjà comme une citrouille et mes chevilles tellement enflées , que je ne vais plus pouvoir mettre de chaussettes ... Comment après de tels commentaires , rester modeste ...? Sinon , je te rassure : J'aime Rena Scott et son " Super Lover " tu pourra donc épargner à tes oreilles le supplice des beuglements et des cris de chats écorchés de KISS ! Et grand merci pour cette découverte !!!!

    RépondreSupprimer
  41. ps : et pour te rassurer : non , pas de jalousie entre moi et mister Julian ( ce serait d'ailleurs totalement ridicule ...) car je suis également un grand fan de son blog .... donc je comprends tout à fait ton enthousiasme à l'égard de son fabuleux " Disco Chez Julian "

    RépondreSupprimer
  42. Ottawan fait partie de ce que je n'aime pas du tout ! J'ai toujours pensé que ça faisait fête à neuneu. Pas élégant, duo pathétique, voix quelconques, musique calibrée gros sabots...et ça a marché !!! Commercialement rentable et refrain entêtant...encore un bel exemple de ce que représente le disco pour la "masse" ...rien de méprisant de ma part juste un constat !

    RépondreSupprimer
  43. Je suis en partie d'accord : c'est un peu " la compagnie créole " du disco ( sans mépris de ma part là non plus ) . Comme tu l'as souligné : du disco pour les masses , pour faire la fête à l'anniversaire de mamie ... Ce duo ne peut de toute façons, pas du tout être comparé avec les grandes voix black du disco et les superbes productions de 78 -79 ... Là on on est dans un schéma typique de la France des années 80 : de la variété kitsch et très commerciale !

    RépondreSupprimer
  44. Pareil pour moi, même si j'aime quelques titres d'Ottawan, je n'accroche pas plus que ça. Je préfère de loin les Gibson Brothers... concernant Lime et "you're my magician", j'ai découvert ce titre en avril 2010 au Queen à Paris lors de leur soirée disco du lundi...j'étais heureux de découvrir enfin un titre "rare" au milieu des classiques rabachés partout (toutefois certains classiques en boite passent vraiment bien. Comme "instant replay" de dan hartman)... je ne savais pas qui c'était, mais à la voix et au son j'ai reconnu tout de suite Lime... peu après j'ai découvert l'intégralité du premier lp avec ce son franchement étonnant et moderne. (Je connaissais déjà bien sur "your love")...
    Pour mon blog, n'exagérons rien, lol, disons qu'avec mister Alex on se complète bien...j'ai découvert pas mal de choses sur son blog, des anecdotes croustillantes...il m'a aussi fait découvrir beaucoup de b.o. disco de films horreur/érotique, genre que je ne connaissais pas vraiment et que j'adore à présent... depuis le début je ne rate rien sur ce blog ! donc pas de jalousie effectivement ! même si parfois on diffuse les mêmes artistes voire les mêmes titres, c'est avant tout par amour du disco et pour refaire sortir de l'oubli des morceaux "coup de coeur"... c'est vrai que de mon coté, j'en avais marre de continuer "seul" avec mon blog, et donc à présent avec celui de mister Alex, ça me booste bien pour continuer...et c'est incroyable, moi qui croyais avoir fait le tour des productions disco, je découvre encore et encore des titres qui me surprennent...

    RépondreSupprimer
  45. J'avais oublié que D.Vanguarde avait aussi produit les Gibson Brothers , c'est clair que c'était quand même quelques crans au -dessus d'Ottawan ! Merci pour ces souvenirs de boîte de nuit , Julian ....et bien sûr moi aussi , je suis toujours heureux de partager avec toi la face cachée du disco sur ton blog ou le mien . Continuons ensemble encore et encore !

    RépondreSupprimer
  46. Tout à coup la mémoire me revient !!! C'est çà l'âge ! Car j'avais vu les Boys Town Gang dans une boite à Cannes lors d'une soirée du Midem mon père m'avait accompagné (merci papa) et là j'ai pu applaudir les artistes de l'année 1982 : David Christie, Junior, Chéri, Mike Anthony, New Paradise et d'autres.... Nicoletta était invitée (on se demande pourquoi ?) et elle s'est faite huée...monde impitoyable de la nuit...Boys Town Gang c'était top ...

    RépondreSupprimer
  47. Beau souvenir , Gilles ! Mais oui qu'est ce que Nicoletta venait faire au milieu de tout ça ?... Rien , mais alors rien à voir ... Prends une tisane et va te coucher , mamie Blue ! Tu avais de la chance d'avoir ton papa pour t'accompagner : le mien n'a jamais aimé les boites de nuit et la musique qui va avec... ( Et pourtant Dieu sait si je l'adore mon brave papounet !) En plus en 1980 , il était mort de rire quand notre Sheila nationale s'est plantée mémorablement en direct chez Guy Lux avec son "King of the World " ( ce qui a définitivement enterré sa carrière disco ) Et bien malgré moi , je dois dire que moi aussi j'étais mort de rire... ( cruauté des enfants ...)

    RépondreSupprimer
  48. En fait j'ai du tanner mon père pour qu'il vienne car ce n'était pas son truc mais au final il a bien aimé.Pour l'histoire du playback qui plante c'est vrai que ça a été une catstrophe, surtout pour elle surnommée la reine du playback alors que tant d'autres en font (et moins bien ex la Vartan !) on murmure que c'était un coup monté par qui ?? Mais ce qui est sûr c'est que sa période disco s'est refermée sur ce souci technique..ensuite ses prestations télé elle les a faites en direct en chantant son nouvel album en français et plus rock...Lors de ses Olympias elle a chanté quelques titres disco mais pas avec les orchestrations espérées : No no no no, Move it do it, King of the world, Your love is good, Spacer (of course) Singin in the rain, Love me baby, Sunshine weekend (!!!) mais pas de You light my fire ou Hotel de la plage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui reine du playback ... mais comme beaucoup , beaucoup d'autres à l'époque . Et puis je préfère un bon playback avec une bonne mise en scène , plutôt qu'un direct foireux avec une voix chevrotante et une orcherstration pas terrible ... je ne suis pas très fan de la musique " live " en fait : j'aime la perfection du son mixé en studio . Sinon moi je pense aussi que des gens ( mais qui effectivement ? ) ont pu lui faire foirer son passage chez Guy Lux ... à l'époque elle renvoit à la télé , l'image d'une pimbêche autoritaire ( alors qu'elle était juste mal dans sa peau ) , Certaines personnes ont tout à fait pu le lui faire payer ... En ce qui concerne ses concerts , je suis dubitatifs ... Je n'aime pas du tout les arrangements . j'ai écouté notamment "aimer avant de mourir " : plus aucune émotion , on dirait que c'est joué à l'orgue Bontempi ! Mais peut -être , y a t-il certaines de ses chansons qui valent encore le coup en live ?

      Supprimer
  49. Bravo pour ce post sur HI-GLOSS j'aime beaucoup ! Le morceau est classieux dans une veine disco sensuelle voire un peu paresseuse...Selon moi le style est à rapprocher d'Imagination Body Talk. Le reste de l'album vaut le détour d'oreille, maheureusement ces "groupes -projets" n'ont pour ainsi dire aucune visibilité, clip,télé ou autre et souvent un album et puis s'en va.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  50. Exactement , je pensais aussi à Body Talk pour le côté inhabituellement lent et langoureux !

    RépondreSupprimer
  51. Et voilà la blonde Madleen Kane !!! Je crois que ce qui lui manquait à mon avis c'est qu'elle ne dansait pas ...où alors ça m'a échappé ! Toi qui es un fervant adepte tu me rectifieras, mais son côté figé m'a laissé de marbre à côté d'une Sheila pailletée, d'une Karen relookée, d'une Amii survoltée ou d'un Sylvester époumoné ...Mais tu m'as donné envie de l'écouter "musicalement" et d'apprécier la production...donc je reviendrais pour mon avis sur Playing for time ..Pour ce qui est des versions live on est d'accord on ne peut pas avoir le côté impeccable des studios, ça manque de réverb (indispensable) ou alors il faut des orchestres monstrueux et ça côute cher. Parmi quelques monstres sacrés j'ai pu applaudir Gloria Gaynor, Barry White et James Brown ...alors si on ne retrouvais pas le son studio il y avait une telle énergie et les voix que l'ambiance compensait beaucoup...je peux ajouter parmi les noms Kool and the Gang, Earth Wind & Fire et Chic feat Nile Rodgers...du pur plaisir ! J'ai un immense regret d'avoir raté Donna summer ....

    RépondreSupprimer
  52. Non , non tu as bien vu : Madleen avait un visage d'ange mais aucune , aucune présence... et là encore ce n'est rien : regarde sa video de" Fever " : http://www.youtube.com/watch?v=RWDuud-8APA&feature=kp où elle danse comme un pied pendant 3mn40 ou encore sa vidéo de " Cherchez pas " où elle apparaît maigre comme un clou , en remuant ses petites fesses faméliques ,sans grande conviction sur une plage ... Même jennifer aurait du chien à côté ... c'est dire ! Bon j'arrête les critiques , avant de me transformer définitivement en vieille langue de pute façon Amanda Lear ....! C'est sûr que Sheila ou karen cheryl avait la gnac à côté : l'energie , le sourire et puis , elles savaient bouger ...même s'il y avait un gros travail de chorégraphie derrière . Je t'envie d'avoir pu voir en vrai les quelques "monstres sacrés" que tu cites C'est vrai que l'énergie et la puissance d 'une voix peuvent couvrir pas mal de défauts 'live ' Moi j'ai un faible pour les productions de Chic parmis ceux que tu cite et puis j'adore les lp qu'ils ont produit pour norma jean , sister sledge , diana et bien sûr sheila .... Je te rejoins absolument sur Donna Summer , je regrette infiniment de ne pas l'avoir vu sur scène quand c'était encore possible!

    RépondreSupprimer
  53. Frederick Knight en effet a tapé à côté avec sa suite...que je ne connaissais pas, le son faisait un peu daté. D'une façon générale les "suites" pour grapiller un peu de succès sans trop se fatiguer les méninges n'ont guère connu de succès. Il y a eu Doin it in a haunted house d'Yvonne Gage sur les traces de Thriller de MJ, King of my heart de Melba Moore inspiré de Billy Ocean Carribean girl, seule Lydia Murdock avec Superstar pour répondre au Billie Jean de MJ, (encore lui) a un peu fait parler d'elle ..mais pas longtemps....

    RépondreSupprimer
  54. Oui à part lydia Murdock , je crois que pour tous les autres ça été le flop !

    RépondreSupprimer
  55. Lol : Sheila en live, je vous dirai ça, je vais la voir le 10 juillet, elle passe chez moi ! je crains pour l'orchestration, surtout en ce qui concerne les titres disco qu'elle chantera peut etre... mais ça va quand meme etre un grand moment... la seule européenne produite par Chic... j'ai hate ! et puis bien sur Sheila ne se résume pas qu'au disco, heureusement... sinon en ce qui concerne Madleen, c'est vrai qu'elle fait un peu potiche, mais elle a ce coté classieux, je trouve, ce coté diva, que n'avaient pas ni Karen ni Sheila... elle est plus dans le romantisme, et la voir exécuter des chorégraphies endiablées ne collerait pas avec des titres comme "cheri"... bien sur c'est seulement mon avis perso... en tout cas, son album avec Moroder m'a vraiment marqué quand je l'ai découvert en mai 2010...car quand je le réécoute maintenant, je replonge automatiquement dans cette période de ma vie... et derrière Madleen, c'est surtout l'ambiance "moroder du début des 80's" qui m'a marqué (j'avais découvert en meme temps la bande originale de "scarface", une merveille morodesque là encore)... je revenais de 6 mois passés à Paris, j'y avais acheté des vinyles dont l'album de Madleen "playing for time" avec ses plumes d'indienne en pochette, et la première chose que j'ai faite en débarquant du ferry au retour, c'est aller passer une semaine chez mon meilleur ami qui avait un tourne disque ! J'ai enfin pu découvrir ce superbe album... c'est vrai que la pochette n'est pas extra, celle où on ne voit que son visage en gros plan est bien meilleure à mon gout...mais bon, cette pochette à plumes me rappelle des souvenirs, alors je l'aime quand meme ! ps : pour Sheila, j'ai le meme ressenti quand je la vois : "pimbeche autoritaire" : c'est exactement ça !

    RépondreSupprimer
  56. Oui tu nous raconteras ça ! On pourra comparer avec les ressentis de Gilles sur ses prestation live. De toute manière ça ce sera sûrement sympa malgré tout : elle a marqué quand même de manière indélébile trois décennies (certes les 80's l'ont ringardisée , mais elle était quand même bien là, avec parfois de bonnes chansons comme " partir" en 87 ) Enfin on l'aime bien notre vieille pimbêche , n'est ce pas? Lol . Pour Madleen , je trouve que le terme que tu as choisi est parfait : C'est une " potiche classieuse " : elle a une classe indéniable ( mannequinat oblige ), son visage incarne lui "la beauté à la suèdoise " . Mais comme le dit Gilles , elle a ce coté un peu figé : un manque d'expression ... Evidemment hors de question de mettre des corégraphies endiablées .... Et pourtant , sur certaines prestations très scénarisées et préparée comme " Chéri " qu'elle chante en robe rouge strassée dans une spéciale " Mort Schuman " en 79 , elle vit vraiment sa chanson ... alors que deux ans plus tard pour l'album de Moroder ( qui est excellent , je te rejoints complètement ) elle parait plutôt éteinte .... Mais j'ai oublié un paramètre : elle en fait plus, mais n'a que 19 ans à l'époque de "Cheri " , elle se débrouille donc pas si mal pour une jeunette : à l'époque les stars n'était encore entourées par autant d' armadas de coach , coiffeurs -maquilleur , stylistes , corégraphes ... il y en avait bien sûr ... mais rien à voir avec l'époque actuelle des Britney Spears et cie ( top vulgaire d'ailleurs )... Merci pour ces beaux souvenirs Julian ( à Paris etc...) ça me parle bien : c'est aussi pour ça que j'aime mes vieux vinyls moi aussi , ils m'évoquent des tranches de vie différentes qui forment... une vie entière justement !

    RépondreSupprimer
  57. Ah la jolie mode capillaire du début 80 !! Madleen Kane la portait bien, Dalida bof bof même notre Sheila a succombé à l'envie de mettre des perles ou des plumes dans sa crinière mais bon ....ce n'est pas ce qui m'a le plus emballé. Et donc j'apprends que Patrick Cowley a composé des musiques de porno gay ? Une chose est sure c'est que ce n'est pas lui sur la jaquette présentée...ou alors il portait la moustache très bas ...! Sans avoir vu ce film d'auteur j'imagine la musique en boucle...insupportable qui tente peut-être de donner un côté"romantique" à un film qui en est loin. Pour ce qui est du Remix de la Donna,même si j'aime beaucoup P Cowley, ses remix de I feel love ou de Funkytown ne m'ont pas fait délirer !!!

    RépondreSupprimer
  58. Oui dire qu'on parlait de ringardises en évoquant la mode des 70's ( les pattes d'ef et cie ) ... perso , je trouve celle des 80's beaucoup plus laide , voir franchement affreuse : cette mode du fluo , ses t -shirt ou pull avec des pierrot la lune en motif .... que c'était moche !!! Bon c'est sûr ,que quand on compare avec l'époque actuelle avec la télé- poubelle , la télé-réalité et ses armadas de kéké des plages et de pintades fagotées comme des travailleuses du sexe ... rien ne parait vulgaire ,et les tendances des 70's et 80's paraissent bien gentillette à côté !

    RépondreSupprimer
  59. Lol la moustache portée très bas ne t'aura pas échappé ! pourtant je l'avais légèrement floutée car elle me paraissait bien frisottée et un peu trop apparente sur la photo non retouchée .

    RépondreSupprimer
  60. La moustache parraissait bien frisottée ....pourtant les bigoudis ne sont pas recommandés à cet endroit ! Pour ce qui est du look en effet aujourd'hui nous sommes soumis à un ramassis de pouffes et de décérébrés , qui faute d'avoir soit du talent ou un peu d'intelligence nous jettent au visage leur vulgarité en ligne de vie ! Pauvre de nous ! Au fait j'ai réécouté du Madleen Kane et certains titres m'ont bien accroché ! Comme quoi ....

    RépondreSupprimer
  61. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  62. Ouille , rien que de penser à des bigoudis à cet endroit ... J'en ai mal à l'os pubien ! En ce qui concerne les programmes tv en général ... Oui pauvre de nous : Le mot vulgarité résume bien tout ça , c'est juste consternant ! Pour Madleen , tu vois que tu y viens , monsieur "je fais la fine bouche " !

    RépondreSupprimer
  63. Ah bon je fais la fine bouche ? Ok j'avais des à prioris, mais je me suis dit que si un amoureux du disco aimait Madleen Kane c'est qu'il y avait quelque chose de bien et qu'il fallait reposer une oreille dessus....tu as su y faire !

    RépondreSupprimer
  64. Je plaisante bien évidemment cher ami discoman: bien sûr que tu as le droit d'avoir des à prioris...! D'ailleurs j'en suis moi même remplis.... et je te rejoins aussi sur les critiques que tu as émis sur ses prestations tv de 82 : trop figé à mon goût aussi ... C'est curieux car 4 ans plus tôt , elle était beaucoup plus expressive dans un "numéro un à Mort Shuman " où elle chante" Cheri "dans une robe rouge : elle semble d'avantage " vivre " sa chanson ... Etant gosse j'avais été totalement fasciné par ce passage tv ... Ce qui explique sans doute mon manque d'objectivité ! Ceci dit , je n'aime pas tout : son dernier album de Hi -NRJ en 85 , je le trouve totalement insipide ... Elle a arrêté à temps heureusement et ne nous a pas imposé des titres de dance -music nuls à ch...

    RépondreSupprimer
  65. J'ai regardé son passage TV pour Chéri dans sa robe rouge...rien à dire elle est superbe, crédible et tout et tout...le souci pour ces chanteuses c'est de durer, de rester belles car sinon c'est le placard et surtout d'avoir de bons titres ou un bon service promo...mais le public se lasse vite de tout et aime brûler ce qu'il a adoré. Je vais t'envoyer des titres de Lorraine McKane à découvrir

    RépondreSupprimer
  66. Merci pour les titres de Lorraine , je prendrais le temps d'écouter tout ça . Oui je suis raccord avec ta vision du show -biz pour ces dames : Certes, certaines arrivent à engranger un max de pognon avec leurs fans ( En France on a Mylène Farmer ) mais quel miroir aux illusions et à la vanité ce métier . Sont -elles réellement heureuse , je n'en suis pas sûr : Rester belle éternellement, pas le droit de vieillir sinon c'est soit la médisance, soit l'oubli : Certaine y arrive encore comme Kylie Minogue qui a presque 45 ans n'a jamais paru aussi belle . La madonna de ce coté : c'est foutu , tout s'écroule : ses bajoues ont beau être regonglées de tous les côté ...rien n'y fait . Même une armada de coiffeurs , stylistes , maquilleurs n'arrivent plus à créer l'illusion .... C 'est curieux comme certaines personnes en l'espace de cinq ans , peuvent passer d'une tranche d'âge à une autre : Elle faisait encore illusion en 2005 pour son confession tour ( très disco d'ailleurs ). Aujourd'hui , c'est fini : il faudrait vraiment que quelqun lui dise à cette grand-mère indigne d'arrêter de se rouler par terre et de lécher les murs ...à son grand âge , c'est juste dégoûtant ! Elle devrait plutôt se rhabiller et la jouer classe .. pas facile d'avoir été et de ne plus être !

    RépondreSupprimer
  67. PS : Pour miss McKane , je trouve déjà très sympa la piste 1 : " love of the love ! "

    RépondreSupprimer
  68. Divine fait partie des représentants d'une frange de la communauté gay, plus qu'un travesti c'est un surtout un personnage extravagant, qui pour faire le buzz (mot inconnu à l'époque) donne dans le scandaleux, le choquant...vu son physique il ne pouvait peut-être pas donner dans le glamour bien que les formes n'aient rien de forcément gênant pour être séduisant mais certes on est loin d'un Ru Paul ! Un tel personnage n'existe que par l'outrage donc il y aura de la surenchère. Côté chanson on est loin du rossignol milanais, mais sa gouaille ajoute un peu plus de vulgaire...alors il nous reste quelques titres incontournables Shoot your shot, et Walk like a man...après j'avoue avoir du mal à poser mes oreilles sur une compil en entier....

    RépondreSupprimer
  69. Scandaleux , choquant ...oui , je rajouterais même graveleux , voir vomitif pour ce qui est des premiers films ( c'était quand même une vraie crotte de chien....!!!! ) Pour la voix absolument d'accord : pas plus de deux titres à la suite , sinon j'attrape mal à la tête !

    RépondreSupprimer
  70. Je vous rejoins là dessus... ok pour "shoot your shot" que j'ai vraiment aimé lorsque je l'ai découvert....dans la lignée de "i feel love"...en revanche je n'étais pas au courant pour les films...je me doute que ce sont des navets sans scénarios ... une ancienne amie à ma mère aurait pu elle aussi tourner, vu qu'elle nous a raconté qu'à l'époque où elle fumait, elle mangeait sa propre crotte... si, si... elle a des périodes comme ça...

    RépondreSupprimer
  71. hé ben ça n'encourage pas à la fumette ce genre d'histoire ... et encore moins aux autres substances illicites .. ! Pour Shoot your Shot , j'avais été marqué aussi par l'intro à la I Feel Love ... Mais c'est clair que la voix de Divine n'ai vraiment rien à voir avec celle de Donna Summer .. ( peut on même parler de voix d'ailleurs ...) Pour ses films avec John Waters , je n'aime pas du tout les premiers réalisés au début des 70's : je n'arrive pas à leur trouver de l'intérêt ... "Hairspray " réalisé en 1988 avec Divine et Debby Harry par contre , j'aime vraiment beaucoup ... Dommage que comme d'habitude Holywood en ai fait un remake - comédie musicale en 2007 , complètement raté avec john travolta dans le rôle de Divine et Michelle pfeiffer dans celui de Debbie Harry.

    RépondreSupprimer
  72. Je suis peut-être innocent mais je n'ai jamais compris pourquoi il fallait fumer ou prendre quelque chose pour s'amuser ... boire un coup oui c'est sympa tant quer l'on est capable de rester festif après quel intérêt ? On ne profite de rien...Moi c'est toujours la musique qui m'a donné le sourire, l'envie de partager la danse ou plus si affinités....

    RépondreSupprimer
  73. Absolument d'accord , Mister Emeria ... Et je suis sûr que Julian partage aussi ton avis ... Rien de tel qu'un esprit sain dans un corps sain pour profiter de la fête ... et de la vie en général !

    RépondreSupprimer
  74. Euh petit rectificatif Alex concernant les Two Tons O'Fun car leur 1er album en fait c'était "Backatcha" sorti également en 1980 (début) mais qui est passé inaperçu, pour être honnête pas l'ombre d'un tube à l'intérieur même si je les adore ! En revanche l'album Got the feeling est une merveille tout est bon !!!!!

    RépondreSupprimer
  75. Merci pour cette précision , Gilles : Effectivement deux LP sortis en 1980 , mais c'est bien sur le second ( baptisé simplement "Two Tons of fun") que se trouve les tubes "got a feeling " etc... Je rectifie immédiatement , cher coéquipier du disco !

    RépondreSupprimer
  76. ps : si tu as les autres titres de ce 2 ème LP , je suis preneur !

    RépondreSupprimer
  77. C'est avec une joie IMMENSE que je vais te faire parvenir ces merveilles, tu vas te régaler !! Et puis je ris tout seul à lire tes commentaires, tes anecdotes ..comme pour l'histoire du tube it's raining men..c'est top !

    RépondreSupprimer
  78. Merci par avance , j'ai hâte d'écouter tout ça ! Et merci aussi pour tes commentaires !

    RépondreSupprimer
  79. Quelle aventure la génèse de ce tube It's raining men !!!! Il faut vraiment avoir la foi ou être complètement inconscient c'est selon...mais je me dit qu'un tube tient à la chanson mais aussi à son interprète, ces 2 énormes chanteuses (bourrées de talent) aux voix puissantes (j'adoooree) affamées d'hommes ont donné ce côté délirant, une jolie chanteuse aux formes parfaites aurait peut-être moins attiré l'attention ..non ?

    RépondreSupprimer
  80. Oui , je pense aussi que l'originalité du titre venait également des deux big mamas avec leurs voix incomparables . Si une belle et mince chanteuse avait été choisie , je pense que ça aurait peut être été un tube de high energy de plus , mais sans le même impact... Ici , il y a l'efficacité , mais le rire en plus et le phénomène d'identification pour beaucoup de femmes en surpoids ...

    RépondreSupprimer
  81. L'aventure continue !!! Notre pauvre Paul Jabara a du mal à placer son titre à ses ex diva copines, les ingrates après tout ce qu'il a fait pour elle....non il n'a pas couché faut pas exagérer... même s'il est coincé par son image de séducteur, confirmée dans le film Dieu merci c'est vendredi ! Ces superstars ont à coeur de coller à la mode, voire de la faire mais surtout ne pas être has been ....c'est pourquoi nos Two tons o'fun "inconnues" du grand public ont pû accepter et fait sauter la baraque, en plus des balances !!!!! Je les aime

    RépondreSupprimer
  82. Je les aime aussi : Elle ont une joie de vivre tellement communicative ! Quant à Jabara , il y a encore des rebondissements dans son aventure !

    RépondreSupprimer
  83. Je suis certain que notre Paulo rêvait de chanter lui même It's raining men...au moins dans sa salle de bain...Le garçon avait le vent en poupe, un carnet d'adresses bien rempli et pourtant les dames font la fine bouche ! Qui lui reste-t-il à contacter ? Grace, Amii, Thelma, Roberta, Carol ? Au pire il restait Régine...ou les New Paradise !!!
    J'attends la suite avec une grande impatience.........

    RépondreSupprimer
  84. la première de ta liste ! tu as vu juste ....suite au prochain épisode ! J'imagine le truc avec régine !!! De quoi faire remonter les hommes dans le ciel...

    RépondreSupprimer
  85. Je devrais faire de la voyance ....Pour Régine en tant que mangeuse d'hommes elle aurait donné à cette chanson un côté "réaliste"...mais pas assez enrobée et toc ! Etn même si nos Weather Girls n'étaient pas habillées couture c'était 100 fois mieux que les robes de la Régine....

    RépondreSupprimer
  86. c'est sûr .. ! surtout celle de " je survivrais " : une sorte de robe de chambre à fleur ! Sinon tu parlais d'une version d'une chanson que tu trouve géniale , c'était sur quel article ? (Les commentaires nouveaux sont tous regroupés en même temps , mais je ne peux pas voir sur quels posts en fait ... Pour les Silvers j'ai su par exemple , parce que tu les citais , donc je savais à quel article tu faisais référence ....) ...Oui je sais : pas trés pratique la conception de ce blog ...!!!

    RépondreSupprimer
  87. Le souci avec le trop plein de libertés d'un coup c'est que cela incite à tous les excès !!! Pauvre Paul Jabara, il est tombé dedans par dépit, par euphorie pour au final être plus malheureux qu'avant...c'est mon interprétation....et puis pas facile d'assumer son vrai "moi" à cette époque aujourd'hui tout semble si simple ...quoique ....it's just an illusion

    RépondreSupprimer
  88. Oui et devoir jouer un rôle en quasi - permanence comme Jabara , ça ne devait pas être simple .. mais je ne suis pas si sûr qu'on soit si libres que ça aujourd'hui, d'être ce qu'on veut ...! Il y aura toujours quelqun pour juger l'autre de toutes façons ....

    RépondreSupprimer
  89. Chacun revendique une liberté d'être ..sauf qu'au final on reproche de sortir du rang, d'être visible...c'est toujours le paradoxe d'être dans la tendance sans vouloir être comme tout le monde....et aujourd'hui cette pseudo liberté n'est qu'un leurre, les regards et les ragots se chargent de "flinguer" dès que possible la moindre attitude non conforme...moi-même parfois je me demande si je suis si "tolérant" que ça, il y a des choses qui ne me conviennent pas.....Alors vite retour sur le Dance floor là où chacun peut s'exprimer comme il le veut où le prolo cotoit le csp+, où l'homo frôle l'hétéro où l'on peut sourire en frappant des mains sans être niais et où l'on exécute sa chorégraphie perso pour son propre plaisir....toute ressemblance avec le garçon qui écrit n'est ni fortuite ni involontaire !!!!

    RépondreSupprimer
  90. Mais tu as raison : je pense aussi que c'est le monde entier qui est intolérant , la nature humaine est faite ainsi ... Concernant le final de ton article ,oui j'avais bien cru effectivement reconnaître un certain profil déjà entrevu ! Reste comme ça et continue de cultiver ton art de vivre !

    RépondreSupprimer
  91. Mais que devient notre Paul Jabara ? Par désespoir est-il prêt à donner sa chanson aux New Paradise ? Ce suspense est insoutenable !

    RépondreSupprimer
  92. ... ou bien alors à cette chère Annie Cordy , au vu de l'immense succès de son "Queen of the Disco ! " qui comme chacun le sait , est resté dans toutes les mémoires ! D'ailleurs , je ne serais guère étonné que Jabara ne se soit pas inspiré de notre Tata YoYo nationale pour son presqu' aussi nul " Disco Queen " ! Mais oui en y réfléchissant , bon sang mais c'est bien sûr: il a tout piqué à Annie , le salaud !!!

    RépondreSupprimer
  93. PS : Chers discauditeurs , la suite de votre feuilleton arrive très bientôt !

    RépondreSupprimer
  94. Allelujah !!!! Notre Paulo est de retour avec sa chanson galère ...personne n'en veut ils sont tous sourds ou quoi ? A moins que notre Paulo ait enregistré lui même la maquette ? ...on ne peut pas vraiment s'extasier sur sa voix. Donc après avoir écumé une bonne partie de son carnet d'adresses pourquoi la Grace ? Bon elle n'a pas non plus une voix d'enfer mais possède un look et un caractère ...de M....Ce qui me tue, ce sont tous ces gens , producteurs, chanteurs qui ont craché dans la soupe du disco mais qui étaient bien contents de se faire du pognon grâce à lui. C'est vrai ça écouter du disco quelle horreur ce n'est pas de la musique c'est du boum boum et puis danser sur du disco c'est d'un popu disent les bien pensants en se pinçant le nez...rien n'a changé aujourd'hui il y a toujours ceux qui savent ce qu'il faut écouter !

    RépondreSupprimer
  95. Mais sais- tu que ce n'est pas bête du tout cette idée de mauvaise maquette enregistrée par Jabara : il avait chanté lui même sa version pas terrible de " last dance " sur un de ses albums ...alors oui pourquoi pas ! Oui pour la " Graisse Jaune " c'est plus une question de personnalité charismatique et d'étrangeté ( le côté androgyne ) que de capacités vocales ( clairement limitées là aussi ) .... Et sinon oui , le mépris pour le disco perdure aujourd'hui encore , pour certaines personnes qui n'y connaissent évidemment absolument rien ... Le tout est d'essayer de convaincre les gens ayant une certaine ouverture d'esprit !

    RépondreSupprimer
  96. Tu m'étonnes qu'il flippe notre Paulo : se retrouver face à la Grace imprévisible (ça dépend de ses capacités nasales), de son mari qui déteste le disco, et du phénomène qui se fait flinguer par des bouseux incultes abreuvés de bière (tiède et toc!) forcément il est moyennement à l'aise...et puis après avoir aperçu le matos de Nile Rodgers aux toilettes et de se dire que ça lui passait sous le nez...il est vénère ! Il l'aurait proposé à Sylvester c'eut été trop scandaleux ....Y-a-t-il eu d'autres destinataires déclinantes ?

    RépondreSupprimer
  97. Ca oui , elle était réputée pour bien s'en fourrer dans le nez , la Grace ... C'est vrai sinon que ça aurait été chouette aussi avec Sylvester ... mais ça serait je pense , resté un peu "underground " car effectivement trop osé pour l'époque . Quant aux autres chanteuses qui ont refusé la chanson , il en a eu apparemment des moins connues ... les plus citées sont celles dont j'ai parlé ici . Je vais donc conclure avec la réussite des deux big mamas qui vont en faire un tube !

    RépondreSupprimer
  98. Parmi celles qui auraient pû pousser la chansonnette pour notre Desperate Paulo, je pense à Thelma Houston (bonne voix puissante et disco star), Eartha Kitt pas encore prise en main par Morali et Belolo mais sur le même registre de la dévoreuse d'hommes, France Joli pas assez mature, Sister Sledge déja maquées avec Narada Michael Walden, Carol Douglas trop vite oubliée, Bonnie Pointer il n'avait pas son numéro, Tina Charles voix trop "nasillarde", Baccara pas le bon accent, Linda Clifford trop classe, Karen Young trop de gouaille.....Je me demande comment il a rencontré les futures Weather Girls ?

    RépondreSupprimer
  99. Thelma oui , ça aurait été bien aussi ... je n'ai pas eu d' échos sur une éventuelle proposition : elle n'était peut -être pas dispo ou pas intéressée non plus , vu qu'en 1981 , ils font tous la fine bouche avec leur funk ou à vouloir faire du rock ( un bide total pour cher pour son 1er album dans ce genre ...) . n'empêche , je pense qu'effectivement , ce titre des weather girls a lancé le mouvement de la high nrj pour nympho l'année suivante : eartha kitt ou encore les "so many men , so little time " etc...

    RépondreSupprimer
  100. Peut-être aussi que dans les années 80 on osait enfin être un peu plus explicite ? On voit ce que ça donne dans certains titres...certains se lâchent beaucoup...trop !! Et puis le public "chaud comme une baraque à frites" était surement demandeur de quelques paroles en osmose avec le but des sorties en boite !!! Les Gay Tea Dance au Palace ce n'était pas pour compter fleurette

    RépondreSupprimer
  101. Oui absolument ,ces titres étaient vraiment qualibrés pour la drague gay !

    RépondreSupprimer
  102. Notre Paulo aura quand même réussi à placer un joli tube d'estime auprès de la Miss Ross Work that body, une chanson qu'ils ont cosigné gentiment...finalement je suis sûr qu'elle a piqué une petite crise de nerfs en constatant qu'elle avait laissé passer un tube monstrueux !!!

    RépondreSupprimer
  103. absolument ce sera même la conclusion de cet article !

    RépondreSupprimer
  104. Oh mince désolé d'avoir un peu défloré la fin ...mais je suis certain qu'il y a encore plein de rebondissements que tu sauras nous raconter à ta façon !!!

    RépondreSupprimer
  105. pas grave , mister ! ça donne un avant -goût !

    RépondreSupprimer
  106. Notre Paulo se retrouve donc au pays de la testostérone et du muscle saillant (voire des muscles saillants ça dépend !) Tel un enfant dans une confiserie...il a forcément eu envie de tout goûter...gâre à l'écoeurement avec toutes ces surcreries !!! Le souci de ces boys adepets de la gonflette c'est qu'ils bougent comme des dobermans sur des patins à glace...ça manque d'élégance et de crédibilité...vocalement parlant on n'est pas non plus sur de l'organe puissant......mais on s'en fout il n'y a pas que les gorges profondes qui ont droit au micro LOL !

    RépondreSupprimer
  107. C'est sûr que la chorégraphie des deux boys moustachus c'était un peu lourdingue pas très raffiné , mais tellement drôle .... Pour moi ils sont pardonnés pour cette faute de goût ! Et puis cette mode des gays moustachus de San Francisco au début des 80's, ça rappelle tellement de souvenirs ! Quelle belle époque ....malgré l"apparition du sida malheureusement !

    RépondreSupprimer
  108. Chez les gays comme partout il y a des modes, des looks, des attitudes qui évoluent...et qui entrainent une bonne partie de la communauté à vouloir les adopter pour peut-être avoir le sentiment de faire partie d'un groupe, d'une famille..qui peut donner une identité et un peu rassurer...ouf je ne suis pas le seul...aujourd'hui après le côté mal rasé de quelques jours, c'est la barbe qui est tendance !!! Il faut garder à l'esprit qu'avant tout il faut être soi-même ....

    RépondreSupprimer
  109. Bonne analyse mister Gilles. Rester soi -même c'est exactement ce qu'il faut faire ... beaucoup l'oublient en ce noyant dans la masse , dans l'uniformité du troupeau ... c'est vrai qu'il y a ce côté rassurant ... Pour ma part , je n'ai jamais suivi aucunes modes : j'ai toujours été mal rasé par exemple (depuis que je suis en âge d'avoir des poils ) et je ne compte pas changer pour les années à venir !

    RépondreSupprimer
  110. J'espère que Paulo va reprendre sa quête (pas de jeu de mot) et prospecter la ou les interprêtes de son tube en devenir !!!! Parce que les ébats et la luxure ça ne nourrit pas son homme ...même si ça lui fait beaucoup de bien

    RépondreSupprimer
  111. La suite arrive très bientôt , chers discauditeurs !

    RépondreSupprimer
  112. Mon cher Alex tu me fais découvrir un max de choses, les ennuis de Sylvester avec son producteur etc...c'est génial !!!! alors Izora et Martha s'en vont sauter au cou de notre Paulo ???

    RépondreSupprimer
  113. Content de te faire découvrir ces " chroniques du gay San Francisco disco " , mister Gillou .La suite arrive bientôt !

    RépondreSupprimer
  114. J'avais un peu "idéalisé" le lien entre Sylvester et ses 2 choristes, les 3 protagonistes ayant émergé ensemble dans une relation qui pour moi tenait plus de l'amitié que du boulot...donc notre Sylvester a été escroqué comme tant d'autres divas ...foutu métier

    RépondreSupprimer
  115. Je suppose qu'une réelle amitié était bien là au début d'après ce qu'en raconte Martha Wash ... Après il y a les déceptions , les problèmes d'ego , les jalousies et l'argent bien sûr qui souvent séparent les gens . Pour les artistes disco , je crois qu' à part une Diana Ross très maligne ... Tous , de Gloria Gaynor à Donna Summer ont prétendu " s'être fait avoir " par leur maison de disque ...et ce n'est pas notre Sheila nationale qui va les contredire ,vu ses soucis avec Carrère ... Sylvester lui n'a récupéré qu'une somme dérisoire , une infime partie par rapport aux millions que ses disques ont rapporté... et sa mort en 88 , a sans doute bien arrangé son ex -maison de disque ...

    RépondreSupprimer
  116. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  117. Cette collaboration entre Paulo et les Weather girls aura duré combien de temps ? Juste pour l'album Success ?
    As-tu sous le coude une autre génèse de tube à nous conter ?

    RépondreSupprimer
  118. l'album success + qq maxi singles , je crois .... La suite va arriver bientôt ! Dès que j'aurais un moment ....

    RépondreSupprimer
  119. Tout était finalement rassemblé pour faire un tube (inconsciement) une chanson entrainante, quelques gimmicks qui permettent de reprendre en choeur (Allelujah, double clap disco etc) des interprètes improbables dont la bonhommie emporte tout et hop !!! ça parait si simple... enfin au début des années 80 ça a fonctionné...aujourd'hui il faudrait que nos weather girls se dessapent en mimant quelques positions salaces ....non pitié

    RépondreSupprimer
  120. oui adieu la bonhomie.... aujourd'hui, ce serait deux bombasses siliconées qui se rouleraient par terre en léchant le sol façon Shakira ou Madonna ... Ridicule ! D'ailleurs à ce propos , c'est vrai que geri halywell l'a chanté en 2002 ,en petite culotte noir dans son clip ...signe des temps qui changent...

    RépondreSupprimer
  121. Oui j'avais oublié cet outrage, lorsque tu dis chanté vu son filet de voix la comparaison pour moi était jouée d'avance, la Geri nous montrait les résultats de son régime Weight watcher, efficace certes, mais côté performance adieu veaux vaches cochons couvées ...Un mot sur ton commentaire sur la poitrine de Martha confondue avec une piste d'atterissage...heureusement personne n'a été blessé ! Ce petit côté femme opulente cernée par des hommes pour lesquelles toutes sont prêtes à se damner....et bon nombre de mecs aussi ....

    RépondreSupprimer
  122. c'est clair que la " voix " de la halywell ne tient pas la comparaison : comme tu l'as dit l'ex-miss " bouboule " devenue à l'époque anorexique et ultra -sportive nous montrait ses nouveaux abdos fabriqués sur mesure... à défaut d'être réellement douée pour pousser la chansonnette ! Concernant le clip , tu crois qu'il y a un message de tolérance ? Gay & Big Mama ,même combat ... Toute et tous unis à fantasmer sur l'homme idéal..!?!

    RépondreSupprimer
  123. Un message subliminal certainement, sortir de la "norme" en ayant les mêmes envies quelque part...le beau gosse ...mais au final ça ne fait pas tout !!! Il était plus vendeur d'avoir nos 2 big mamas entourés d'adonis que de mecs bedonnants....ils n'auraient pas eu le même rendu à l'image même si les rondeurs ont ce je ne sais quoi de rassurant.....

    RépondreSupprimer
  124. Oui , c'est sûr ...Et finalement , on peut parler effectivement de message crypto-gay : Pas ou peu de belles nanas dans le clip , mais des adonis musclés qui se dandinent en slip autour de nos deux big dondons!

    RépondreSupprimer
  125. C'est en relation avec les adonis du clip des Weather girls que tu nous as dégoté cette image sublimée de KC & THE SUNSHINE BAND? Dernièrement il était en tournée mais le temps ne l'a pas épargné, le pauvre ! Le cheveu dégarni, le ventre arrondi et un goût vestimentaire pourri...mouais bon soyons indulgent, c'est juste un choc lorsque l'on revoit ces photos d'une jeunesse insolente. Respect pour les tubes disco qui nous font encore tourner la boule à facettes

    RépondreSupprimer
  126. Oui , j'ai vu ça aussi il y a peu de temps ... être et avoir été : comment le physique peut changer en quelques décennies ... Je trouvais cette image de KC sexy , assez étonnante et amusante car éloignée des pochettes de leurs disques façon " funky flower power " . là, c'est plus un côté " disco -gay - pétasse " loin de l'image habituelle ...

    RépondreSupprimer
  127. En effet une image inhabituelle, j'ai même cru à un montage !!! mais le père KC (non pas Karen Cheryl) a eu un look plus ...comment dire..sophistiqué début 80. Après la vie parfois malmène tellement les êtres qu'ils sombrent dans certains travers (hambugers, alcool, drogues..femmes ..ou hommes..parfois tout en même temps) dont les effets sont implacables ! Quelque part ça nous rassure aussi .

    RépondreSupprimer
  128. Absolument , tel est l'être humain : quelque part ,ça nous rassure que tel ou telle ex-star ai mal vieilli , renvoyé ainsi à son statut de mortel comme nous tous ... C'est vrai ce que tu dis : c'est fou comme nous, pauvres mortels riches ou pauvres , sommes malmenés au cours d'une vie ... Pour ma part , d'ici quelques années ( voir peut -être quelques mois ? )... Je m'imagine assez bien obèse et chauve avec un triple menton .... Heureusement , il me restera les hamburgers et le disco !

    RépondreSupprimer
  129. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  130. Il faudra dire à Steve Dahl que son entreprise de démolition du disco n'a pas marché comme il le souhaitait, ce pauvre type n'a pas compris que derrière les excès perceptibles, inévitables pour chaque mode, se cachaient une musique, une danse, une culture capables de traverser les décennies sans retour en arrière possible, le disco même s'il reste parfois à son stade primaire est la danse par excellence capable de rassembler toutes les générations parcequ'il véhicule sourire, bonne humeur et sensualité.....God Bless Disco

    RépondreSupprimer
  131. Absolutely , mister Gillou ! Au travers de 2 ou 3 deejay radio comme Dahl ( qui bien visiblement n'y comprenait " que dalle " à cette musique ! ) , l'Amérique profonde a tenter d'anéantir le disco ... en vain : ses racines sont elles aussi trop profondes !!! God Bless Disco , mon frère Wizzz du net !

    RépondreSupprimer
  132. Pour faire la nique à ce Steve Dahl , voici un article à ,propos d'un livre américain sur le phénomène Disco : Années disco, années homo

    Le disco ne fut pas le phénomène ringard et aseptisé que l’on dit. Conçue avant tout pour la danse, ce fut une musique de libération des corps, qui permit notamment l’affirmation de l’identité gay.
    La plupart des clichés sur l’époque disco ne sont pas bien jolis : des blancs-becs se déhanchant sous les stroboscopes, le costume de polyester blanc et l’allure maniérée de John Travolta dans Saturday Night Fever, les foules en délire à l’entrée du Studio 54, la discothèque à la mode de l’époque… La musique est tout aussi facile à ridiculiser. Réglée comme une horloge, elle vous ordonnait de « boogie-oogie oogie » ou de « shake shake shake your booty ». Le disco a envahi les hit-parades de 1973 à 1979, mais de nombreux critiques y voient la bande originale d’une décennie insipide, où le laisser-aller avait remplacé les nobles luttes des sixties.

    Mais pour tous ceux qui étaient en quête de frisson, les gays en particulier, ce fut le son d’une liberté chèrement gagnée. Cela signifiait danser jusqu’au bout de la nuit, souvent épaulé par la drogue, dans des clubs où n’importe qui pouvait aller avec n’importe qui. La pulsation du disco s’emparait de votre corps et chassait vos inhibitions. Une expérience qui, à son paroxysme, simulait le rapport sexuel, ou y menait tout droit… Les chanteuses étaient la voix de ce désir. Dans I Feel Love, les gémissements de Donna Summer – « Oooooh, it’s so good, it’s so good » – ressemblaient à un glissement de six minutes vers l’orgasme.

    RépondreSupprimer
  133. Merci pour ce partage , Gilles ... ça me parle vraiment !

    RépondreSupprimer
  134. ... oui , je l'ai délaissé puis repris sans avancer dans le temps (ça viendra peut -être ! ) . je ne sais pas si tu as vu : j'ai par contre , rajouté beaucoup de titres et quelques anecdotes et pas mal de gifs , j'en rajoute dès que j'ai un moment ... là je pensais par exemple écrire à propos de Donna ,de la genèse de son tube " Bad Girls " ...

    RépondreSupprimer